Stampa 

La mixité in Loggia: problemi e resistenze.

Il GODF ammette da poco tempo le donne: è il momento di fare il punto su alcune domande poste dalla mixité nel contesto “fraterno” della Loggia.

Nel mondo profano, dove la mixité è generalizzata, sussistono vari problemi relazionali. I rapporti tra uomini e donne adulti del tipo “amicizia” sono socialmente mal regolati, e alcuni sociologi sostengono che “esistono abbastanza dati per affermare che l’amicizia tra persone di sesso diverso presenta un lato oscuro che necessita d’essere meglio compreso e valutato”.

In realtà, la maggior parte degli studi mostra che la relazione amichevole contiene solitamente un certo grado d’interesse sessuale; inoltre, gli effetti attesi da queste relazioni differiscono tra uomini e donne: la parità non è certamente assicurata e soggetta anche al giudizio non benevolo degli altri.

Se non si può negare l’influenza determinante degli stereotipi nella persistenza di certi comportamenti maschilisti, molte osservazioni ci inducono a pensare che gli atteggiamenti degli uomini derivano probabilmente da altre problematiche, più profonde, che affondano le radici nella riproduzione, e soprattutto nell’assenza di certezza della paternità. L’etologia ha mostrato che, per controllare il comportamento riproduttore delle femmine, le varie specie animali hanno sviluppato soluzioni analoghe alle nostre, senza fare appello alla razionalità. È dunque possibile che il problema della mixité, in generale, e nelle logge in particolare, sia più complesso di quanto si pensi abitualmente e che gli argomenti di tipo scientifico abbiano una portata solo limitata nella ricerca della sua soluzione.

Superare questi problemi, in mancanza di definizioni certe, è una sfida significativa per la massoneria del XXI secolo.

 

Co-Freemasonry: key issues and various oppositions.

The Grand Orient de France (GODF) has admitted women as members just recently: this will provide us with an opportunity to take stock of issues raised by Co-Freemasonry in the basic fraternal unit, the Lodge. 

In our modern secular world where gender diversity becomes widespread, many relationship problems still persist. As for gender relations between adults on a basis of mere friendship, social norms are poorly defined, and a number of sociologists acknowledge that “sufficient high-quality evidence exists to affirm that true friendship between persons of different sexes has a dark side which requires further research to be fully understood and appreciated.”

Actually, most studies show that a mixed friendly relationship has often something to do with sexual interest; moreover, men’s and women’s expectations are different in such cases, equality is still far off, to say nothing of the suspicious glance from other people, you just have to accept.

While no one can deny the decisive impact of stereotypes on the strong persistence of macho behaviour, many observations and comments suggest that male oppression probably falls within another much deeper set of problems, rooted in reproduction and above all in paternal uncertainty. Ethology has shown that, to control female reproductive behaviour, the different animal species have developed solutions similar to ours, outside the boundaries of rational strategies. Therefore gender issues in general, in particular those concerning Co-Freemasonry, might be more complex than is commonly assumed, and cognitive arguments would only have a limited effect in the search for solutions.

Overcoming these problems, if not resolving them, is a major challenge for Masonry in the 21st Century.

La mixité en Loge : problèmes et résistances.

Le GODF admet depuis peu les femmes : ceci nous donne l’occasion de faire le point sur certaines questions soulevées par la mixité dans le cadre « fraternel » de la Loge.

Dans le monde profane, où la mixité se généralise, de nombreux problèmes relationnels subsistent. Les relations hommes-femmes adultes du type « amitié » sont socialement mal normées, et certains sociologues reconnaissent qu’« il existe suffisamment de données pour affirmer que l’amitié entre personnes de sexe différent possède un côté obscur qui nécessite d’être mieux compris et apprécié ».

De fait, la plupart des études montrent que la relation amicale mixte abrite souvent un certain degré d’intérêt sexuel ; de plus, les attentes placées dans ces relations diffèrent entre les hommes et les femmes : l’égalité y est loin d’être garantie et il faut supporter le regard suspicieux des autres.

Si on ne peut nier l’influence déterminante des stéréotypes dans la persistance des comportements machistes, de nombreuses observations nous incitent à penser que l’oppression masculine relève probablement d’une autre problématique, beaucoup plus profonde, qui s’enracine dans la reproduction, et surtout dans l’absence de certitude de paternité. L’éthologie a montré que pour contrôler le comportement reproducteur des femelles, les différentes espèces animales ont développé des solutions analogues aux nôtres,  sans faire appel à la rationalité. Il se peut donc que problème de la mixité en général, dans les loges en particulier, soit plus complexe qu’on le pense habituellement, et que les arguments d’ordre cognitif n’aient qu’une portée limitée dans la recherche de sa solution.

Surmonter ces problèmes, à défaut de les résoudre, est un défi majeur pour la maçonnerie du XXIe siècle.

Freimaurerische gemischte Mitgliedschaft: Fragen und Widerstand.

Vor fünf Jahren, hat der Grand Orient de France beschlossen Frauen einzuweihen. Dieser Entschluss erregt die Gelegenheit die Frage der gemischten Mitgliedschaft im Rahmen einer Loge  zu überprüfen.

In der außen und profanen Welt in welche der gemischte Zustand ist normal, bleiben doch Schwierigkeiten der Beziehungen. Freundliche Beziehungen zwischen erwachsene Männer und Frauen are gewisserweise schlecht angeordnet in der Gesellschaft. Einige Soziologeneben nehmen an, daß es genügende Daten existieren nach welchen man kann behaupten, daß Freundschaft zwischen Erwachsene von verschiedenen  Geschlechten  bieten eine unklare Seite an, die eine bessere Einschätzung und Verständnis verlangt.

In der Tat, viele Studien beweisen, daß gemischte freundschaftliche Beziehungen  oft ein gewisser Grad von sexuale Interesse zeigen. Übrigens, die in diese verbundenen Beziehungen beweisen sich als verschieden bei Männern und bei Frauen, und Gleichheit ist überhaupt nicht versichert. Letzlich, soll man noch das mißtraurische  Benehmen der anderen konfrontieren.

Wenn man den bestimmenden Einfluß der Stereotypen in der Beständigkeit der « machisten » Benehmen nicht verneinen will, mehrere Beobachtungen führen uns zu der Tatsache, daß die männliche Unterdrückung wahrscheinlich ein Nebenprodukte der Problematik der Reproduktion, und insbesondere der Unsicherheit der Vaterschaft ist.  Ethologie hat schon demonstriert, daß um den Reproduktionsprocess der weiblichen Tiere zu kontrollieren, verschiedene tierische Spezien haben Lösungen entwickelt, so ähnlich wie die unsere, aber natürliche ohne Verbindung zur Vernunft. Es ist doch möglich, daß diese Frage der gemischten Mitgliedschaft, im allgemein aber auch in unsere Logen, viel komplexer ist als man glaubt. Es ist auch wahr, daß sich wissenschaftliche Argumente sehr begrenzt beweisen um eine Lösung zu erfinden.

Wenn wir diese Frage nicht  lösen können, dann wird sie eine Herausforderung für die Freimaurerei des XXI. Jahrhunderts.

Καθιστώντας μία Στοά μικτή: προβλήματα και αντιστάσεις.

Η Μεγάλη Ανατολή της Γαλλίας δέχεται πρόσφατα γυναίκες: αυτό μας δίνει την ευκαιρία να γίνει ένας απολογισμός σε θέματα που τίθενται από την μετατροπή αυτής σε μικτό Τάγμα στα πλαίσια της  «αδελφότητας» της Στοάς.

Στο κοσμικό κόσμο, όπου είναι ευρέως διαδεδομένη η ισότιμη συνύπαρξη των δύο φύλων, πολλά προβλήματα σχέσεων παραμένουν. Τα όρια, σε κοινωνικό επίπεδο, των φιλικών σχέσεων ενηλίκων μεταξύ ανδρών-γυναικών καθορίζονται με δυσκολία, και μερικοί κοινωνιολόγοι αναγνωρίζουν ότι «υπάρχουν αρκετά στοιχεία για να πούμε ότι η φιλία μεταξύ ατόμων διαφορετικού φύλου έχει μια ακαθόριστη πλευρά που πρέπει να γίνει καλύτερα κατανοητή και θα εκτιμηθεί. "

Στην πραγματικότητα, οι περισσότερες μελέτες δείχνουν ότι η ετερόφυλη φιλική σχέση ενέχει συχνά σε έναν ορισμένο βαθμό σεξουαλικό ενδιαφέρον. Επιπλέον, οι προσδοκίες για τις σχέσεις αυτές διαφέρουν ανάμεσα στους άνδρες και τις γυναίκες. Η ισότητα είναι μακράν από το να είναι εγγυημένη και θα πρέπει να υπομένει κανείς τα ύποπτα βλέμματα των άλλων.

Αν και δεν υπάρχει αμφιβολία για την καθοριστική επιρροή των στερεοτύπων στην εμμονή της σεξιστικής συμπεριφοράς των ανδρών, πολλές παρατηρήσεις μας οδηγούν να σκεφτούμε ότι η ανδρική καταπίεση αποκαλύπτει πιθανώς ένα άλλο πρόβλημα, πολύ πιο βαθύ, που έχει τις ρίζες του στην αναπαραγωγή, και ειδικά στην απουσία βεβαιότητας της πατρότητας. Ηθολογία έχει δείξει ότι για τον έλεγχο της αναπαραγωγικής συμπεριφοράς των γυναικών, τα διάφορα είδη έχουν αναπτύξει λύσεις παρόμοιες με τις δικές μας, χωρίς τη χρήση ορθολογισμού. Είναι πιθανό ότι το πρόβλημα της συνύπαρξης ανδρών-γυναικών εν γένει, ειδικότερα όμως στις Στοές, είναι πιο περίπλοκο από ό, τι συνήθως πιστεύουμε και ότι τα γνωστικά επιχειρήματα δεν προσφέρουν παρά μία περιορισμένη συνεισφορά  στην αναζήτηση λύσης του προβλήματος.

Το να ξεπεραστούν τα προβλήματα αυτά, αδυνατώντας να τα επιλύσουμε, είναι μια μεγάλη πρόκληση για τον Ελευθεροτεκτονισμό του 21ου  αιώνα.

Karma localar: sorunlar ve karşı görüşler.

Kısa süre önce, Fransa Büyük Doğusu, kadınları da üyeleri arasına aldı. Bu deneyim, localardaki kardeşlik ortamında gözlemler yapmamıza ve buna ilişkin sorulara yanıt aramamıza olanak sağladı. 

Yaşamı kadın ve erkek birlikteliğiyle sürdürdüğümüz harici dünyada pek çok sorunla karşılaşıyoruz. Genellikle erkekler ve kadınlar arasındaki dostluk ilişkisi farklı yorumlanıyor ve bazı bilim adamları, bilinçaltı da olsa, erkek-kadın ilişkisinde bastırılmış dürtülerin varlığını sürdürdüğünü savunuyor. Bu konuda aydınlatılmaya değer gölgeli bölgeler olduğu ve her iki cinsiyetin de doğal dürtüleriyle davrandıkları çoğu kez konuşuluyor.

Gerçekten de, iki farklı cinsiyet arsındaki dostluk ilişkisi, genellikle seksüel bir beklentiye dönüşebiliyor. İki değişik cinsiyetin dürtülerindeki farklılık, dışarıdan bakanların kuşkucu yorumları ve toplumun önyargıları ister istemez cinsiyeti öne çıkaran duyguları tetikliyor.

Tarihsel süreçte baskın bir nitelik kazanmış olan erkeklerin, cinsiyete ilişkin beklentileri kendilerine hak görmeleri de sıkça rastlanan bir tutum. Bunun çoğalma içgüdüsüyle ilgili olduğu ve erkeğin soyun devamı için kadını araç olarak gördüğü de söyleniyor. Kadınların annelik içgüdüsü ve doğurganlığı da eğilimlerde bilinçaltı bir tetiklemeye neden olabiliyor. 

Kadın – erkek ilişkilerindeki ölçülü ve istemli dostça eğilimin yanında, içgüdülerden ve insanlaşma sürecinin kalıtımlarından oluşan farklı eğilimler de olabilir. Genelde toplumda, özelde ise localarımızdaki karma yaşam sanıldığından çok daha karmaşık ve derin değerlendirmeleri gerektirir. Kısa erimli gözlemler, karma localarda karşılaşılabilecek sorunlar konusunda yeterince fikir vermekten uzaktır. Aydın birey kimliğiyle gerekli olan karma yaşam, kontrol dışı güdüler nedeniyle ortaya çıkabilecek sorunlara açıktır. Sorunların olabileceğini düşünmek, olası çözümleri araştırmayı gerektirir. İçinde bulunduğumuz yüzyılda Masonluğun yoğunlaşacağı temel konulardan biri de bu olmalıdır.

De gemengde Werkplaats: problemen en weerstanden.

Het Grootoosten van Frankrijk laat sinds enige tijd vrouwen toe: dit geeft ons de gelegenheid binnen het “ broederlijk “ kader van de Werkplaats, de balans op te maken in verband met sommige vragen, ontstaan door dit gemengd karakter.

In de profane wereld, waar het gemengde zich veralgemeend, bestaan er verschillende relatieproblemen. De relaties tussen volwassen mannen en vrouwen van het type “vriendschap” zijn op sociaal vlak niet goed genormaliseerd, en verschillende sociologen erkennen dat “er te weinig gegevens bestaan om te beweren dat de vriendschap tussen personen van verschillend geslacht een duistere kant zou hebben die beter moet begrepen en gewaardeerd worden”.

Het is een feit, dat de meeste studies aantonen dat de vriendschappelijke gemengde relatie dikwijls een zekere graad van seksuele belangstelling verbergt; meer nog, de verwachtingen binnen deze relaties verschillen tussen mannen en vrouwen, de gelijkheid is er ver van verzekerd en men moet daarenboven de achterdochtige blik van de anderen ondergaan.

Men kan de doorslaggevende invloed van de nog steeds bestaande macho-gedragingen niet ontkennen, vele waarnemingen leiden ons naar de gedachte dat de mannelijke onderdrukking denkelijk voortkomt uit een andere diepere problematiek, die wortelt in de voortplanting, en vooral in de onzekerheid over het vaderschap.

De gedragsleer heeft aangetoond dat om het voortplantingsgedrag van hun vrouwelijke soortgenoten te controleren, de verschillende diersoorten oplossingen hebben ontwikkeld, analoog aan de onze, maar zonder beroep te doen op rationaliteit. Denkelijk is dus het probleem van dit gemengd karakter in het algemeen, en in de werkplaatsen in het bijzonder, ingewikkelder dan men gewoonlijk denkt, want cognitieve argumenten hebben maar een beperkte invloed bij het zoeken naar een oplossing.

Deze problemen overwinnen, zonder ze daarbij op te lossen, is een belangrijke uitdaging voor de vrijmetselarij van de XXIe eeuw.

El carácter mixto de la Logia: problemas y resistencias.

El Gran Oriente de Francia ha admitido en fecha reciente la pertenencia de las mujeres: este hecho nos da la ocasión de analizar y de actualizar algunos temas suscitados por la transformación en mixto del marco “fraternal” de la Logia.

En el mundo profano, donde la duda ha sido superada en casi todos los ambientes, subsisten, sin embargo, numerosos problemas de relación. Las relaciones entre adultos, hombres y mujeres,  del tipo “amistad” se hallan socialmente mal normativizadas y algunos sociólogos reconocen la existencia de datos suficientes como para afirmar que “la amistad entre personas de sexo opuesto posee un lado oscuro que requiere de una mejor comprensión”

De hecho, la mayor parte de estudios que la relación amistosa mixta comprende a menudo un cierto grado de interés sexual, y que, además, las expectativas sobre estas relaciones difieren entre hombres y mujeres, estando la igualdad lejos de hallarse garantizada, debiéndose en ocasiones soportar la mirada suspicaz de los demás.

No pudiendo negarse la influencia determinante de los estereotipos en la persistencia de los comportamientos machistas, numerosas observaciones nos incitan a pensar que la opresión masculina procede probablemente de otra problemática, mucho más profunda, cuyas raíces se hallan en la reproducción y, sobre todo, en la falta de certeza sobre la paternidad. La etología ha mostrado que el control del comportamiento reproductor de las hembras ha generado en las distintas especies animales soluciones análogas a las nuestras, sin referencia alguna a la racionalidad. Puede así pensarse que el problema, por así decir, de los grupos mixtos, en general, y de las logias mixtas, en particular, sea más complejo de lo que habitualmente se sostiene y que los argumentos de orden cognitivo vean limitado su alcance en la búsqueda de su solución.

Superar los problemas mencionados, mientras no se resuelvan, es un desafío principal para la masonería del Siglo XXI.

 

 

 

 

 

Foreword / Avant-propos
Philippe Busquin

 

Ramsay et la spiritualité de l’Écossisme
Pierre Auréjac

 

Moral development of the individual
Mihály Boda

 

La mixité en Loge : problèmes et résistances
Didier Desor

 

Der Geist der Aufklärung und die Freimaurerei
Klaus–Jürgen Grün

 

Une histoire de l’Art de la Mémoire et son rapport à la Franc-maçonnerie
Bernard Homery

 

La tradition des Francs-maçons, histoire de dérives essentialistes…
Dominique Jardin

 

Les archives, reflets d’une époque
Hüseyin Özgen

 

Die historischen Ursprünge und die Anfänge der Freimaurerei (1. Teil)
Die Bauhütten und Bruderschaften
Helmut Reinalter

 

 

 

  

Foreword

Even if he were a Freemason without any preconceived ideological approaches, according to his culture, and as well prepared as possible to face up the realities of today’s world, could anyone keep a strong and steady hand when taking the pen and couching on paper some reflections on man’s inhumanity, after what we just witnessed and experienced in Europe at the start of 2015? The liberation of the concentration and extermination camps, in Auschwitz and elsewhere, after the victory over Nazism in 1945 did give us some hope for a better world that would turn over a new leaf and make a complete break with the most awful horrors of the death camps and the Holocaust. Although their nature is not exactly the same, the gulags and genocide or ethnic cleansing of the last few decades teaches us in a sad way how long, tortuous and difficult the road is before the ideals of absolute freedom of conscience, democracy, respect for others prevail, in what is most intimate for them: their identity, their conscience and their personal convictions.

After the barbaric acts of terror on 7, 8 and 9 January 2015 in Paris, the startling civic response in France and in most countries on 11 January, the promising shock and outrage - and unprecedented echoes - generated hope and confidence and seemed to reconcile us with the intellectual and ethical landmarks we shall never abandon. But it was without counting the repetition of such deadly racist and anti-Semitic acts, on 14 February in Denmark, which, as well, justifiably generated an outburst of solidarity. Alas, however, we have heard the voices of fanaticism and obscurantism echoing in far too many countries; as well as those of the self-proclaimed movement DAESH which has become, in the Middle East, the symbol of a return to the most primitive barbarity claiming to act on behalf ofperverted religious principles. They assert

themselves increasingly stronger and baulk at nothing, as demonstrated by the abominable immolation of a young Jordanian pilot, as well as the beheading of twenty Egyptian Copts or so in Lybia.

Those who may be tempted to speak about a clash of civilizations have, obviously, missed the real meaning of the tragedy unfolding before our eyes. Here, as in the regional conflict waged in Ukraine, an immediate neighbour of the EU and a brave prey, what is at stake is more than these types of issues. Actually, what is happening today in a globalised world, in times of social and economic crisis, happens to be basically a crisis of values and an expression of the loss of ethical bearings. It fairly and accurately evaluates how ready we are to practice the pedagogy of transferring values from generation to generation. In fact, as Freemasons, this crisis dictates that there is a burning need for us to do our duty without fear or trembling, each and every one of us, at the service of the lofty values that will allow the advent of a truly better world - a world that respects men and women - a respect for great diversity being an integral part of the richness of Humanity. This also means cultivating, not too cautiously and away from prying eyes, the values we have been claiming to uphold for nearly three centuries. They obviously deserve to be emulated and disseminated even more widely.

Our periodical, KILWINNING, is not intended to enter into political debate and will not bend this rule. However it remains an editorial space for research and study seeking to offer a fully open platform for expression – an addition of windows on a mixed and heterogeneous world.  In this regard, I am happy to see the rich diversity as well as the high quality of the contributions made by authors I would like to thank for this enriching exchange to which they invite us. 

Philippe BUSQUIN
Chairman of the EU.SRRS aisbl
Member of the royal Academy of Sciences, Letters and the Fine arts of Belgium

Avant-propos

Aussi bien préparé qu’il puisse être à faire face aux réalités du monde, fût-il un franc-maçon pétri de la culture des approches sans a priori, la main de quel homme ne tremblerait-elle pas au moment de prendre la plume pour coucher sur le papier des réflexions sur l’inhumanité après ce que nous venons de vivre en ce début d’année 2015 en Europe ? La libération des camps d’extermination à Auschwitz et ailleurs, après la victoire sur le nazisme en 1945, nous avait fait espérer en une humanité meilleure qui tirerait un trait définitif pour que ne se répètent jamais les horreurs exterminatrices des camps de la mort et de la Shoah. Même si ce n’est pas exactement de même nature, les Goulags et les génocides ou épurations ethniques qui ont jalonné ces dernières décennies nous enseignent tristement combien le chemin reste long avant que ne prévalent les idéaux de liberté absolue de conscience, de démocratie et de respect de l’autre dans ce qu’il a de plus intime : son identité, sa conscience et ses convictions personnelles.

Après les terrifiants actes barbares commis les 7, 8 et 9 janvier 2015, à Paris, le sursaut citoyen, en France et dans la plupart des pays le 11 janvier, a fait retentir une clameur et un écho sans précédent, porteurs d’espoir nous réconciliant avec les repères qui doivent rester les nôtres. C’était cependant sans compter avec une répétition de pareils actes meurtriers et racistes, antisémites au Danemark le 14 février qui ont légitimement suscité à leur tour un large élan de solidarité. Mais nous avons aussi entendu retentir, dans encore trop d’autres pays, les voix de l’obscurantisme et du fanatisme. Celles aussi dont le mouvement autoproclamé Daesh est devenu, au Proche-Orient, le symbole de retours à la barbarie la plus primitive se réclamant de principes religieux dévoyés. Ils s’affirment toujours plus fort et ne reculent devant rien comme l’attestent l’abominable immolation mise en scène sur les réseaux sociaux d’un jeune pilote musulman jordanien, tout comme la décapitation d’une vingtaine de Coptes égyptiens en Lybie.

Ceux qui seraient tentés d’y voir un choc des civilisations n’ont, à l’évidence, pas saisi le véritable sens de ce qui se déroule sous nos yeux. Là, tout comme dans le conflit régional dont l’Ukraine, notre voisin immédiat européen, est la proie courageuse, il s’agit d’autre chose que d’enjeux de cette nature. Ce qui advient aujourd’hui dans un monde globalisé en crise économique et sociale est aussi et fondamentalement une crise de valeurs et l’expression d’une perte de repères. Elle nous questionne quant à notre capacité à pratiquer la pédagogie du transfert des valeurs d’une génération à l’autre. Cette crise nous fait, à nous francs- maçons, l’ardente   obligation de faire notre devoir en nous mettant sans trembler, chacun d’entre nous, au service des hautes valeurs qui permettront un jour l’avènement d’une humanité véritablement meilleure. Meilleure, car respectueuse de chacun et de chacune, dans la grande diversité de ce qui fait la richesse de l’Humanité. Ce qui suppose aussi que nous ne cultivions pas trop frileusement, à l’abri des regards indiscrets, les vertus dont nous nous réclamons depuis bientôt trois siècles. Elles méritent, à l’évidence, de faire encore beaucoup d’émules.

Notre revue KILWINNING n’a pas vocation à entrer dans un débat politique et ne  dérogera pas. Elle reste cependant un espace éditorial de recherches et d’études qui ambitionne d’offrir une plate-forme d’expression totalement ouverte. Une addition de fenêtres sur un monde composite. A ce titre, je suis heureux de constater la richesse de la diversité comme la grande qualité des contributions apportées par des auteurs que je tiens à remercier de ce partage enrichissant auquel ils nous invitent.

Philippe BUSQUIN
Président de S.EU.RE aisbl
Membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique

La mixité en Loge: problèmes et résistances.

Didier DESOR

Professeur émérite de l’université de Lorraine, Didier Desor, est docteur en biologie animale et docteur ès Sciences, spécialisé en neurosciences du comportement et sciences cognitives. Il est membre de l’Aréopage de recherches SOURCES, où il coordonne les travaux de la commission III «Science, Philosophie et Sociologie».

La question de la mixité est pratiquement contemporaine de l’apparition de la franc-maçonnerie [1]. Les circonstances de l’adoption récente de la mixité par le GODF, son refus persistant par les obédiences strictement féminines et les obédiences « régulières » montrent bien que de puissantes résistances perdurent.

L’évolution récente du GODF nous donne l’occasion de faire le point sur certaines questions soulevées par la proximité d’hommes et de femmes dans un cadre « fraternel ». La progression de la mixité dans le monde profane ne va pas sans problèmes (harcèlements…). La maçonnerie serait-elle épargnée ? Qu’en disent les disciplines scientifiques ?

Les ambigüités des relations mixtes

Les normes sociales concernant la relation amoureuse sont bien établies (le « couple ») ; il n’en va pas de même pour les relations hommes-femmes adultes du type amitié [2]. Les deux types de relations présentent de nombreux points de ressemblance – caractère privé, attention mutuelle, confiance, valorisation réciproque, plaisir d’être ensemble…, et leur frontière est parfois floue. Comme l’écrit Baumgarte [3] : « Il existe suffisamment de données pour affirmer que l’amitié entre personnes de sexe différent possède un côté obscur qui nécessite d’être mieux compris et apprécié. »

Quatre problèmes semblent récurrents :

Un manque d’accord sur les types d’échanges dans le cadre de  la relation amicale Hommes et femmes auraient des attentes différentes quant aux relations amicales, les premiers tendant à y exprimer des messages de réalisation personnelle, de compétition, avec peu d’expression des émotions – leur étalage étant réputé donner une image efféminée – les secondes recherchant davantage l’intimité, la confiance, le partage émotionnel… [4]. Cette discordance peut parfois entraîner frustrations et manque de satisfaction.

Un manque de clarté concernant les rapports entre amitié et sexualité

Baumgarte [5] affirme qu’ « il y a assez de données pour suggérer que la motivation amoureuse joue toujours, à un certain degré, dans la plupart des relations amicales mixtes. » Reeder [6], par exemple,  montre que le désir d’être ami avec quelqu’un du sexe opposé est corrélé avec l’intérêt « sexuel » envers cette personne. Dans l’étude de Sapadin [7], les deux tiers des participants admettent que des sentiments d’ordre sexuel sont présents dans leurs relations professionnelles, et perturbent cette relation pour les trois quarts d’entre eux. Les hommes tendent plus que les femmes à sexualiser la relation amicale mixte. En somme : « Ils disent « amitié », mais se comportent en « amoureux possessifs ». Ces malentendus et le fait que cet intérêt n’est pas toujours réciproque sont potentiellement sources de crises [8].      

Un manque d’égalité dans la relation

Dans les couples, de nombreuses études ont montré qu’il existait un « différentiel » de pouvoir et de contrôle [9]. La relation amicale (fraternelle de surcroît), devrait au contraire être placée sous le signe de l’égalité. Mais les stéréotypes voient l’homme qui défend un avis se placer sous les signes de l’expertise et de la dominance, tandis qu’ils voient la femme comme promouvant l’accord, la solidarité, contradictoires avec une relation hiérarchique. Ces hypothèses ont été confirmées par Helgeson et al. [10] et d’autres études [11]. Il semble que les hommes tirent plus de bénéfices d’une relation amicale mixte que les femmes : l’égalité n’est donc pas garantie.  

Le regard des autres

Ici encore, le poids des stéréotypes et l’absence de norme claire pour l’amitié mixte engendrent de nombreux problèmes. Scepticisme, ricanements, sous-entendus (« Il n’y a vraiment rien d’autre entre eux ? ») sont de rigueur. Enfin, n’oublions pas les jalousies engendrées par ces relations, qui peuvent perturber l’équilibre fragile d’une communauté.    

D’où proviennent de ces problèmes ?  

Un certain nombre de psychologues [12] y voient la persistance de conceptions archaïques, quand les hommes allaient travailler au loin tandis que les femmes restaient à la maison. La seule façon socialement bien normée d’être ensemble était alors le « couple », sous-tendu par l’amour, avec sa composante sexuelle autorisée. Ces stéréotypes ne seraient plus de mise aujourd’hui, hommes et femmes se fréquentant beaucoup plus dans la société.

Ces stéréotypes reposent sur le machisme, et sont particulièrement bien implantés dans l’espèce humaine, puisque le patriarcat semble être universel dans l’espace et le temps. Demoule [13] écrit : « Dans les quelques dix mille sociétés humaines passées ou présentes qui ont été recensées par les historiens ou les ethnologues, ce sont les mâles qui ont le pouvoir, leur degré d’oppression sur les femmes étant la seule variable », et Testart [14] remarque que « les sociétés de chasseurs-cueilleurs ne dérogent pas à cette règle générale ».

Certaines théoriciennes féministes ont tenté de donner une base matérialiste au patriarcat.

Christine Delphy y voit un « mode de production domestique », existant à côté du capitalisme. Josette Trat réunit les rapports de classe et les rapports sociaux de sexe : « On ne peut pas comprendre la persistance de l’oppression des femmes dans notre société sans analyser conjointement l’intérêt individuel de chaque homme à se faire servir à la maison par une femme dévouée et aimante et l’intérêt collectif qu’a la classe dominante à perpétuer la division du travail entre hommes et femmes ».

Une vision myope ?  

Lorsqu’on considère l’ensemble des manifestations de l’oppression féminine, certains indices nous incitent à croire que cette vision est trop « myope ».  

Si on considère (liste non exhaustive) :

et même si personne ne peut nier l’influence écrasante des stéréotypes dans la persistance des comportements machistes, il reste à déterminer les raisons de leur existence et de leur si grande prévalence. De nombreuses observations nous incitent à penser que l’oppression masculine relève probablement d’une autre problématique, beaucoup plus profonde, qui s’enracine dans la reproduction.    

Un lien avec la reproduction ? « Mater certissima, pater semper incertus »

L’asymétrie est forte dans la certitude de parentalité : la femme est toujours certaine que le bébé est d’elle, tandis que l’homme, jusqu’à une époque récente, n’en était jamais absolument certain (mother’s baby, father’s maybe : voir le succès des tests moléculaires d’infidélité et de paternité).

À partir de 1985, les éthologistes, utilisant les analyses de l’ADN, se sont rapidement aperçus que, pour les mâles, copulation ne rimait pas forcément avec paternité, et qu’il existait dans la plupart des espèces animales, une « compétition spermatique » pouvant revêtir des formes très variées. L’espèce humaine n’échappe pas à cette règle [16].  

Nous poserons l’hypothèse que c’est dans cette absence de certitude que l’on trouve la source de la répression du comportement reproducteur de la femme, les stéréotypes liés au sexe n’étant qu’un des moyens de cette répression.  

Le « cocufiage » fait l’objet d’un nombre incalculable de commentaires dans la culture populaire : cancans, proverbes, chansons, pièces de théâtre … toujours péjoratifs. Le nombre de ces références montre bien l’intérêt que nous portons à cet évènement.

Dans les pays « développés », le taux de « fausses paternités » tourne autour de 1%. (L’usage croissant des techniques d’analyse de l’ADN dans les pathologies fournit des données fiables) [17]. Ce chiffre peut sembler bas, mais il signifie qu’il y a statistiquement un cas dans chaque autobus urbain complet…  

Pourquoi les femmes seraient-elles « infidèles » ?

Nous portons de nombreux gènes mutés défavorablement et des problèmes peuvent survenir de leur accumulation (pour une discussion détaillée de ces problèmes, voir Merilä J. & Sheldon B.C. [18]). Il peut donc être intéressant d’aller chercher des gènes qui assureront une descendance de bonne qualité à la mère (qui est sous cet angle face au même problème que le père). Cette motivation est enfouie loin sous le seuil de conscience et il est frappant de constater qu’on trouve ces comportements chez les femelles de très nombreuses espèces animales, jusqu’aux insectes.  

Les femmes sont-elles adaptées à l’infidélité ?

Nul doute que la lecture de ce titre scandalisera plus d’un lecteur. Socialement parlant, pratiquer l’adultère n’est pas sans risques : les « bénéfices » de cette action doivent donc l’emporter sur ses risques. Une douzaine d’études ont montré que durant la période de fertilité du cycle, les femmes sont plus sensibles à certaines caractéristiques masculines telles que l’attractivité du visage, l’asymétrie, les signaux de dominance… surtout en vue de relations sexuelles de courte durée (auxquelles nombre d’hommes semblent d’ailleurs disposés à participer [19]).

En 1997 Mueller & Mazur [20] utilisèrent l’annuaire de la promotion 1950 des cadets entrant à l’académie militaire de West Point. Reconstituant la carrière de ces cadets, ils trouvèrent que la dominance faciale (à 18 ans) est le facteur qui est le mieux corrélé au grade terminal et au nombre d’enfants (or le grade terminal est atteint bien après la fin de la période de reproduction).

Soler et al. [21] montrent que l’attractivité du visage est corrélée à la qualité du sperme (en particulier : morphologie et mobilité des spermatozoïdes). Enfin, au moins trois études de grande ampleur [22] ont montré que dans la période de fertilité les fantasmes féminins se déplacent vers des hommes différents du partenaire « officiel ».  

Il existe donc un faisceau de faits permettant de soutenir l’hypothèse que, de nos jours, ces problèmes d’infidélité, inconsciemment pilotés par le besoin de fournir de « bons gènes » à la descendance, sont toujours actuels, et reposent sur des facteurs bien plus puissants que ceux évoqués dans les vaudevilles.    

Les contre-mesures masculines  

Les hommes (comme les mâles des autres espèces) vont donc tendre à contrôler le comportement reproducteur des femmes. Mais dans notre espèce à haut degré cognitif, il faut éviter la dissonance cognitive (qui peut surgir lorsqu’un individu se comporte à l’encontre de ses convictions). Dans le cas présent :

La solution est d’agir sur les représentations, en imposant l’idée d’une nature féminine spéciale. Pour cela, il faut faire admettre que :

Implantons donc dans les cerveaux le mépris (elle est inférieure), la méfiance (elle est dangereuse), la répulsion (elle est impure- d’où culpabilité et résignation pour elles).

Pour parvenir à ce résultat, toutes les ressources de l’esprit humain se sont attelées à la tâche, de la philosophie à la science, en passant par la religion et même la morale laïque. On verra ainsi surgir au fil du temps l’assimilation de la femme à un « pot de fleur » dans lequel se développe la « petite graine » déposée par l’homme (Aristote), sa nature hystérique commandée par l’utérus (Ambroise Paré), son assimilation à « un sac de fiente » (Odon, abbé de Cluny), son petit cerveau (Broca), son envie de pénis (Freud)… et bien d’autres.

Si on ajoute les attentes et les comportements différents des parents envers leurs enfants selon leur sexe, les jouets différenciés, les manuels scolaires (« le masculin l’emporte sur le féminin …»), les publicités machistes… on n’en finirait plus d’illustrer ce bombardement incessant et protéiforme de représentations défavorables qui, dans tous les domaines de la vie courante, nous soumettent à ce rappel constant et omniprésent, de l’infériorité féminine.  

Faut-il que le danger représenté par le comportement sexuel féminin soit bien réel, pour que de telles barrières aient été dressées ?

Dans l’espèce humaine, des éléments cognitifs présentés comme rationnels sont donc largement mobilisés pour justifier l’infériorité féminine. S’ils étaient seuls en cause, on pourrait espérer les contrecarrer en agissant également au niveau cognitif : le travail est d’ailleurs bien engagé et de nombreuses législations évoluent vers la parité. Mais cette idée repose également sur des facteurs irrationnels, comme ceux véhiculés par les religions ; ici le problème est d’une autre ampleur.

Néanmoins arguments rationnels et irrationnels relèvent de la cognition. Tentons donc de nous exonérer de la plupart de ces facteurs cognitifs en examinant ce qui se passe chez les animaux. (Pour l’examen des problèmes posés par ce genre de comparaison, voir Shackelford TK & Goetz AT [24]).    

Voyage dans le règne animal  

Chacun d’entre nous vit aujourd’hui parce que tous ses ancêtres, humains ou antérieurs, ont réussi à résoudre les trois problèmes cruciaux : manger, ne pas se faire manger, se reproduire avant de disparaître. Les femelles constituent souvent le « facteur limitant » de la reproduction des mâles : c’est le cas de notre espèce. En conséquence, les mâles doivent entrer en compétition pour être choisis et ils doivent empêcher la fécondation de ces femelles par d’autres mâles. Or, chez les animaux, les techniques de parades et de contrôle du comportement reproducteur des femelles présentent de troublantes analogies avec les nôtres. Ainsi, on peut citer :

La surveillance de la femelle (« mate guarding »)

Mǿller (1987) [25] a montré que l’intensité de la surveillance rapprochée augmente lors du pic de fertilité de la femelle de nombreux oiseaux ; il en va de même dans de nombreuses autres espèces. Chez les humains, on trouvera des analogues de ce « mate guarding » dans les signes de « possession » : comme les alliances…, l’espionnage « électronique » (courrier électronique, sms) ou « moléculaire » (tests d’infidélité), la prohibition religieuse des contacts mixtes, le confinement des femmes au foyer (pas d’éducation, donc pas de travail, pas de permis de conduire…). La surveillance des femmes à l’extérieur par des membres de la famille, les tenues couvrantes, et même certaines mutilations comme la clitoridectomie relèvent également de cette problématique. Il en va de même pour les blessures de l’orifice génital de la femelle, par des pénis barbelés (drosophile), qui rendent les copulations ultérieures quasi impossibles. Chez les insectes et certains mammifères, on trouve des  « bouchons » copulatoires, qui obturent l’orifice génital de la femelle [26], dont l’équivalent humain est l’infibulation des grandes lèvres de la vulve.  

Copulations imposées et ajustement de la quantité de sperme déposé

Cette technique revient à placer dans les voies génitales de la femelle de grandes quantités de sperme du mâle « propriétaire », afin de contrer l’introduction de spermatozoïdes étrangers. Ce mode de compétition a bien été décrit chez les oiseaux, après des absences de la femelle ou l’intrusion de mâles étrangers dans le territoire [27]. Dans notre espèce, les modalités de la copulation (fréquence, durée, vigueur des intromissions après des séparations, viol punitif par jalousie . . .) rappellent ces tactiques [28].  

Déplacement des spermatozoïdes « étrangers »

Les « brosses » qui équipent les pénis de nombreuses espèces d’insectes, sont capables d’évacuer 99% du sperme déposé, préalablement à un nouveau dépôt. Chez les oiseaux, ces dispositifs ont une taille liée à l’intensité de la compétition sexuelle. Chez l’homme, l’hypothèse que la forme du pénis remplit la même fonction a été émise [29].

Comportements punitifs

Ils ont été décrits des salamandres aux chimpanzés (lorsqu’une femelle s’éloigne trop de son partenaire). Dans notre espèce, on trouve des manifestations allant de la colère et des manipulations émotionnelles (tristesse, menace de rupture) à des comportements violents (violences conjugales) et extrêmes (violence létale, majoritairement dans un contexte de rupture [30]).

Il ne s’agit bien sûr que d’analogies, mais on constate que nos techniques de contrôle des partenaires diffèrent peu de celles qu’ont développées les autres espèces animales dans les mêmes situations de compétition sexuelle, et sans composante rationnelle (insectes et vertébrés inférieurs).

Par quels mécanismes ces comportements sont-ils sous-tendus ? Ce débat sort du cadre de ce travail.

Néanmoins, il y a de quoi être pessimiste : s’il existe des déterminants de ce type dans nos structures nerveuses, ils sont probablement insensibles à l’argumentation logique, et par conséquent très difficiles à éradiquer. Alors, on pourra « lisser » les comportements de surface par les règlements, mais les problèmes resteront toujours prêts à surgir.      

Conclusion  

La plupart des caractéristiques dites « féminines » sont le produit de stéréotypes [31]. L’analyse objective (sociologie, histoire, sciences cognitives, éthologie, psychologie, neurologie…) a amplement démontré que les femmes ont les mêmes capacités physiques, cognitives, morales… que les hommes. Leur aspiration à l’égalité des droits ne peut être remise en cause.  

La maçonnerie nous incite justement à vaincre les résistances engendrées par les stéréotypes (« L’affranchissement de tous les conditionnements issus du passé ou du milieu actuel qui déterminent les pensées et les actes de l’individu » [32]) : L’aspiration des femmes à entrer en maçonnerie est donc légitime et fondée. L’histoire montre d’ailleurs que les obédiences féminines (GLFF) fonctionnent parfaitement.  

Les loges mixtes posent d’autres problèmes, d’autres défis.  

Tout d’abord, les relations mixtes différentes du « couple » sont socialement mal normées.

De plus, les attentes que les hommes et les femmes  y placent sont différentes ; ces relations ne sont pas égalitaires et elles abritent toujours un certain degré d’intérêt sexuel : leur équilibre est toujours fragile.

Enfin, ces soupçons ne semblent pas être gratuits. Hughes & Gallup [33] ont montré que la promiscuité entre personnes de sexe différent est un bon prédicteur de l’infidélité : faut-il alors s’étonner que le regard porté sur ces relations ne soit pas toujours bienveillant et que la mixité soulève des réticences de la part de certains maçons, hommes et femmes ?

Le cadre maçonnique nous met-il à l’abri de l’irruption du sexuel dans la Loge ?

Même si les relations entre maçons, dans le cadre des travaux de Loge, sont strictement cadrées par le rituel, les FF\ et les SS\ sont en co-présence physique, et les travaux maçonniques ne se limitent pas au cadre du temple ;  par ailleurs, la familiarité caractéristique des relations entre maçons augmente la probabilité d’occurrence des problèmes décrits dans les relations mixtes de type « amitié ».  

Les stéréotypes, cognitifs par essence, peuvent être combattus. Mais il semble que des tendances plus profondes soient à l’œuvre, liées au comportement reproducteur. 

Il semble donc irréaliste de penser que la maçonnerie puisse être exempte des problèmes liés à la mixité, et qu’on retrouve dans d’autres milieux (professionnel, sportif …), manifestations probables de ces mêmes tendances.  

Une obédience comme le Droit Humain a fait la preuve que mixité et maçonnerie ne sont pas antinomiques. Les risques liés à l’ambigüité « amitié – sexualité » y sont probablement accrus, et de ce fait ils doivent être pris en compte, anticipés et assumés (peut-être sublimés ?), sous peine de mettre régulièrement en péril le fragile équilibre des Loges.

C’est un défi majeur pour la maçonnerie du XXIe siècle, qui reste, comme l’écrivait Anderson, « le centre de l’union et le moyen de nouer une amitié sincère entre des personnes qui, sans cela, seraient restées perpétuellement étrangères. »

Et lorsque cette formule s’appliquera totalement, on se souviendra peut-être, avec un brin d’ironie, que le même Anderson écrivait par ailleurs que les personnes admises en maçonnerie ne peuvent être « ni esclaves, ni femmes »…



[1] RÉVAUGER (Cécile), « Les femmes et la franc-maçonnerie, des origines à nos jours » in  Revue d’Études Historiques de la Maçonnerie de l’Université du Costa Rica (REHMLAC),  vol. 4, n° 2, déc. 2012 - avril 2013, p. 10-29.
[2] RAWLINS (William K.), « Cross-sex friendship and the communicative management of sex-role expectations » in Communication Quarterly, 30, 4, 1982, p. 243-352.
[3] BAUMGARTE (Roger), « Cross-gender friendship: The troublesome relationship » in R. Goodwin and D. Cramer (Eds) Inappropriate relationships: The unconventional, the disapproved, and the forbidden: Inappropriate Relationships. Lawrence Erlbaum, Mahwah, New Jersey (USA), 2002, p. 103-124.
[4] WRIGHT (Paul H.), « Men’s friendship, women’s friendships and the alleged inferiority of the latter » in Sex Roles, 8, 1, Kluwer Academic Publishers-Plenum, 1982, p. 1-20.
[5] Op. cit.
[6] REEDER (Heidi M.), « ‘I Like you … as a friend’: the role of attraction in cross-sex friendship » in Journal of Social and Personal Relationships, 17, 3, 2000, p. 329-348.
[7] SAPADIN (Linda A.), « Friendship and gender: Perspectives of professional men and women » in Journal of Social and Personal Relationships, 5, 1988, p. 387-403.
[8] Id. note 6.
[9] CATE (Rodney M.) & LLOYD (Sally A.), Courtship, Newbury Park, CA (USA), Sage Publications, 1992.
[10] HEGELSON (Vicki S.), SHAVER (Phillip) & DYER (Margaret), « Prototypes of intimacy and distance in same-sex and opposite-sex relationships » in Journal of Social and Personal Relationships, 4, 1987, p. 195-233.
[11] SWAIN (Scout O.), « Men’s friendships with women: Intimacy, sexual boundaries, and the informant role » in PM Nardi (Ed.), Men’s Friendships, Newbury Park, CA (USA), Sage Publications, 1992, p. 153-172.
[12] Id. note 7.
[13] DEMOULE (Jean-Paul), On a retrouvé l’Histoire de France, Gallimard (coll. Folio Histoire), Paris, 2012, p. 53.
[14] TESTART (Alain) 2006, «  La femme chez les chasseurs-cueilleurs en ethnologie », in L’archéologue, n°87, p. 26-29.    
[15] CLUTON-BROCK (Tim H.) & PARKER (Geoffrey A.), « Punishment in animal societies » in Nature, 373, 1995, p. 209-216.
[16] GOETZ (Aaron T.) & SHACKELFORD (Todd K.), « Sexual conflict in humans: evolutionary consequences of asymmetric parental investment and paternity uncertainty » in Animal Biology, 59, 2009, p. 449-456.
[17] WOLF (Michael), MUSCH (Jochen), ENCZMANN (Juergen), FISCHER (Johannes), « Estimating the Prevalence of Nonpaternity in Germany » in Human Nature, 23, 2, 2012, p. 208-217.
[18] MERILÄ (Juha) & SHELDON (Ben C.), « Genetic architecture of fitness and nonfitness traits: empirical patterns and development of ideas » in Heredity, 83, 1999, p. 103-109.
[19] SCHMITT (David P.), « Universal sex differences in the desire for sexual variety: Tests from 52 nations, 6 continents, and 13 islands » in Journal of Personality and Social Psychology, 85, 1, 2003, p. 85-104.
[20] MUELLER (Ulrich) & MAZUR (Allan), « Facial Dominance of West Point Cadets as a Predictor of Later Military Rank » in Social Forces, 74, 3, 1996, p. 823-850.
[21] SOLER (Carles), NÚÑEZ (Manuel), GUTIÉRREZ (Ricardo), NÚÑEZ (Javier), MEDINA (P.), SANCHO (María), ÁLVAREZ (Juan), NÚÑEZ (A.), « Facial attractiveness in men provides clues to semen quality » in Evolution and Human Behavior, 24, 3, 2003, p.199–207.
[22] GANGESTAD (Steven W.), THORNHILL (Randy), & GARVER (Christine E.), « Changes in women’s sexual interests and their partners’ mate retention tactics across the menstrual cycle: Evidence for shifting conflicts of interest » in Proceedings of the Royal Society of London B, 269, 2002, p. 975–982.       PILLSWORTH (Elizabeth G.), HASELTON (Martie G.) & BUSS (David M.), « Ovulatory shifts in female sexual desire » in The Journal of Sex Research, 41, 1, 2004, p. 55-65.      BELLIS (Mark A.) & BAKER (R. Robin), « Do females promote sperm competition? Data for humans » in Animal Behaviour, 40, 1990, p. 997-999.
[23] LE NAOUR (Jean-Yves) & VALENTI (Catherine), « Du sang et des femmes. Histoire médicale de la menstruation à la Belle Époque » in Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, Festins de femmes, Presses Universitaires du Mirail, 2001, p. 207-229.
[24] SHACKELFORD (Todd K.) & GOETZ (Aaron T.), « Adaptation to Sperm Competition in Humans » in Current Directions in Psychological Science, 16, 1, 2006, p. 47-50.    
[25] MØLLER (Anders P.), « Mate guarding in the swallow Hirundo rustica » in Behavioral Ecology and Sociobiology, 21, 2, 1987, p. 119-123.
[26] KUNZ (Katrin), WITTHUHN (Melanie), UHL (Gabriele), « Do the size and age of mating plugs alter their efficacy in protecting paternity? » in Behavioral Ecology and Sociobiology, 68, 8, 2014, p. 1321-1328.
[27] MCKINNEY (Frank), Stolen (Paul), « Extra-pair-bond courtship and forced copulation among captive green-winged teal (Anas crecca carolinensis) » in Animal Behaviour, 30, 2, 1982, p. 461–474.     DICKINSON (Janis L.) & LEONARD (Marty L.), « Mate attendance and copulatory behaviour in western bluebirds: evidence of mate guarding » in Animal Behaviour, 52, 1996, p. 981–992.
[28] GOETZ (Aaron T.), SHACKELFORD (Todd K.), WEEKES- SHACKELFORD (Viviana A.), EULER (Harald A.), HOIER (Sabine), SCHMITT (David P.), LAMUNYON (Craig W.), « Mate retention, semen displacement, and human sperm competition: a preliminary investigation of tactics to prevent and correct female infidelity » in Personality and Individual Differences, 38, 4, 2006, p. 749–763.
[29] GALLUP Jr. (Gordon G.), BURCH (Rebecca L.), ZAPPIERI (Mary L.), PARVEZ (Rizwan A.), STOCKWELL (Malinda L.), DAVIS (Jennifer A.), « The human penis as a semen displacement device » in  Evolution and Human Behavior, 24, 4, 2003, p. 277–289. GALLUP Jr. (Gordon G.), BURCH (Rebecca L.), BERENS MITCHELL (T. J.), « Semen displacement as a sperm competition strategy » in Human Nature, 17, 3, 2006, p. 253-264.
[30] BUSS (David M.), SHACKELFORD (Todd K.), MCKIBBIN (William F.), « The Mate Retention Inventory-Short Form (MRI-SF) » in Personality and Individual Differences, 44, 2008, p. 322-334.
[31] HÉRITIER (Françoise), Hommes, femmes : la construction de la différence, Éditions Le Pommier, Paris, 2005.
[32] Instruction pour le premier grade symbolique – Apprenti, GODF, 1977.
[33] HUGHES (Susan M.) & GALLUP (Gordon G.), « Sex differences in morphological predictors of sexual behavior: shoulder to hip and waist to hip ratios » in Evolution and Human Behavior, 24, 2003, p. 173-178.

 

 

 

 

 Sponsoring board / Comité de parrainage

 

Roger Dachez,
Chairman of the Masonic Institute of France.
Président de l’Institut Maçonnique de France.

 

Luis Martin,
Professor for Spanish civilization. University of Pau.
Professeur de civilisation espagnole, Université de Pau.

 

Pierre Mollier,
Head of the Archives Department and of the Library of the Grand Orient de France.
Directeur des Archives et de la Bibliothèque du Grand Orient de France.

 

Andreas Önnerfors,
Former Head of the Centre for Resarch into Masonry. University of Sheffield.
Ancien Directeur du Centre de Recherche en Franc-Maçonnerie, Université de Sheffield.

 

Cécile Révauger,
University Professor. University « Michel de Montaigne ». Bordeaux.
Professeur à l’Université Michel-de-Montaigne, Bordeaux III.

 

Jeffrey Tyssens,
Head of the Interdisciplinary Research Centre into Masonry (FREE) V.U.B. Brussels.
Directeur du Centre Interdisciplinaire de Recherche maçonnique, Vrije Universiteit Brussel.

Questo sito utilizza i cookies per migliorare servizi ed esperienza dei lettori.
Se decidi di continuare la navigazione consideriamo che accetti il loro uso.
Per ulteriori informazioni sui cookies e su come eventualmente disattivarli, clicca qui.