Stampa
Visite: 1157

Remerciements particuliers à Alain de Keghel, qui nous a apporté ce livre, l'autobiographie de Patrick Kessel, le plus jeune Grand Maître de l'histoire du Grand Orient de France.

Les souvenirs d’un homme qui fut membre de cabinets ministériels sous présidence socialiste, qui se retrouve en prison au Mexique, échappe à l’attentat de la rue des Rosiers à Paris, qui conduit une délégation de plusieurs centaines de francs-maçons à Auschwitz avec son père rescapé de ce camp de la mort, qui à Santiago du Chili ouvre clandestinement sous Pinochet la première loge de la résistance maçonnique, suit les traces du jeune Tchang arrêté par la dictature maoïste, couvre au Portugal la Révolution des Œillets dont certains dirigeants du Mouvement des Capitaines devinrent d’éminents francs-maçons, parcourt l'Iran en quête des derniers francs-maçons pourchassés par la République islamique…

 

Ce texte, pour l’essentiel, reprend la Préface de Marianne toujours ! de Gérard Delfau, sénateur honoraire, directeur de la collection Débats laïques, Edition L’Harmattan:

Avec Marianne toujours! Patrick Kessel, journaliste et ancien Grand Maître du Grand Orient de France, nous offre un ouvrage, dont la profondeur et la richesse ne sauraient être résumées en quelques lignes. Comment qualifier son entreprise ? À première vue, ce sont des mémoires, le récit d’une vie d’une étonnante plénitude et d’une grande unicité de pensée, ou plutôt d’idéal: 50 ans d’engagement laïque et républicain, nous dit-il lui-même, dans le sous-titre. Et, de fait, les chapitres consacrés à son action en faveur de la liberté de conscience, en France, alternent avec les incessants voyages qu’il effectue de la Chine à Santiago-du-Chili, en passant par Prague, Jérusalem, Gaza, Moscou, Cotonou, Buenos Aires, entre autres, afin d’y promouvoir les idéaux de la Franc-Maçonnerie et de rencontrer des militants, tantôt persécutés, tantôt tolérés, rarement reconnus, par les gouvernements de ces pays. « Tribulations », dit-il joliment dans le texte pour suggérer, sans vouloir l’expliciter, combien nombre de ces missions comportaient des risques… Mais il raconte aussi 50 ans d’engagement en faveur d’une gauche, dont il partage les espoirs et, plus souvent, les déceptions. En raison de ses fonctions, il est généralement proche des dirigeants politiques, les conseillant ou les admonestant, sans jamais vouloir être lui-même en situation d’élu, malgré plusieurs propositions qui lui sont faites. Ainsi déroule-t-il sous nos yeux une longue histoire. Depuis « l’aventure gauchiste » durant sa jeunesse, puis « mitterrandienne », suivie de ce que j’ai appelé « la déception Jospin[1] », il nous conduit, après l’intermède Sarkozy, jusqu’à l’effacement actuel du PS et du « socialisme à visage humain », auquel il consacre quelques-unes de ses analyses. Mais qu’on ne se méprenne pas ; il ne s’agit pas d’un manifeste ni de la prise de position d’un chef de parti, mais seulement du témoignage d’un militant qui ne veut pas baisser les bras malgré l’adversité du moment. Chemin faisant, son récit nous fait revisiter des épisodes peu ou mal connus, comme la candidature de Jean-Pierre Chevènement, à la présidentielle de 2002, pour laquelle il s’engage et s’oppose à sa composante droitière notamment lorsqu’elle refuse d’appeler à voter pour Jacques Chirac, au second tour, afin d’éliminer Jean-Marie Le Pen. Et on lira, bien sûr, avec intérêt sa description, par petites touches, d’un personnage hors du commun, François Mitterrand, qu’il a accompagné depuis les années 1980. On y verra un mélange d’admiration, et même de fascination, mais aussi des prises de distance, des désaccords, et des regrets concernant la faible implication du président de la République en faveur de la laïcité, notamment lors du douloureux abandon de la loi Savary, durant le premier septennat. En revanche, on verra apparaître des noms célèbres comme celui de Manuel Valls, alors Premier Ministre, dont l’intervention puissante et émouvante à l’Assemblée Nationale au lendemain de l’attentat barbare de Charlie hebdo demeure dans les mémoires. Cette chronique d’un demi-siècle d’histoire de la gauche sera désormais indispensable à tous ceux qui voudront faire revivre une période injustement traitée par l’opinion publique.

Pourtant, l’essentiel n’est pas là. Sa démarche est d’un autre ordre : ce qui compte vraiment pour lui, c’est son engagement maçonnique. Ayant adhéré très jeune au Grand Orient, suivant l’exemple de son père, il voue sa vie à cette cause. Il veut faire connaître cette organisation, son histoire interne, la signification de l’initiation dans la pratique des loges, et le rôle discret, mais important, que joue cette institution, au sein de la République, depuis la fin du XIXe siècle et dans le prolongement des Lumières. On peut même dire que son accession à la charge de Grand Maître, en 1994-1995, sa tentative pour rénover le fonctionnement de la structure, spécialement en préconisant la possible adhésion des femmes, et la levée de boucliers qu’elle a suscitée, sont au cœur de l’ouvrage. On le sent encore meurtri, et, néanmoins, toujours aussi déterminé à soutenir l’effort de ceux qui, dans l’esprit de Fred Zeller, peintre de talent, militant politique et remarquable Grand Maître, font vivre, à tous les niveaux, le Grand Orient de France. Il y consacre de nombreuses et belles pages dans lesquelles il évoque des scènes cocasses et des personnages connus et inconnus rencontrés au cours de ses pérégrination de par le monde qui donnent une image inattendue de francs-maçons.

Son récit sera utile pour tous ceux qui accueillent des jeunes recrues dans les loges, et qui ont la charge de transmettre l’héritage. Et il stimulera la réflexion collective dans cette période de confusion et de doute. Voilà pour la dimension mémoires, ou chronique d’un maçon militant. Mais ce rappel des qualités autobiographiques du récit est loin d’en épuiser la richesse.

À vrai dire, ce qui me frappe surtout, c’est la défense passionnée du principe de Laïcité-Séparation, inscrit dans la loi de 1905 et consubstantiel à la République. L’auteur en dénonce les dérives actuelles, qui conjuguent les accommodements d’une laïcité prétendument ouverte avec les thèses décoloniales et racialistes, venues d’Outre-Atlantique. Au nom de l’égalité des droits des femmes et de la liberté de conscience, il refuse la tentation communautariste, sur fond d’identité ethnique et/ou religieuse, et les risques qu’elle fait courir à la paix civile. Et il prend fermement position contre l’islamisme politique. Cela nous vaut un récit circonstancié, depuis l’affaire du voile de Creil, en 1989, marquée par les errements d’une partie de la gauche, jusqu’aux attentats terroristes de 2015, en passant par le soutien à la Commission Stasi et au vote de la loi interdisant le port de signes ostensibles à l’école, en 2004.Avec cette affirmation, qui résume sa philosophie et éclaire le titre de l’ouvrage : « Mais les islamistes ne savent probablement pas que l’acacia, symbole des maîtres maçons, refleurit toujours. »

Il ne se borne, d’ailleurs, pas au combat d’idées. Il entend être un acteur à part entière. Dans ce but, il fonde avec d’autres personnalités, fin 1990, le Comité Laïcité République, qui occupe aujourd’hui une place éminente dans le débat public. Et il crée, en 1992, la loge République, qui demeure au premier rang de cette bataille dans l’obédience. Ces engagements, nous les avons partagés.

Enfin, au terme d’un long périple et pour prendre congé, il évoque le souvenir du chant de la Marseillaise, qui a jailli de la bouche de ses Frères chiliens, au cours d’une tenue clandestine à Concepción, peu après la mort de Salvador Allende, et il tient ces propos, en forme de conclusion : « Depuis ce jour l'idéal d'une République universaliste, laïque et sociale occupe la place centrale dans mon Panthéon. Un idéal commun à la Franc-Maçonnerie et à la République. Une conscience qui est un combat de tous les instants. Il fut et demeure le mien dans mon engagement philosophique, politique et maçonnique. Le fil rouge d'une vie. » Il est aussi le nôtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Cf. Gérard Delfau, Martine Charrier, Je crois à la politique, Éditions L’Harmattan, 2020.

Questo sito utilizza i cookies per migliorare servizi ed esperienza dei lettori.
Se decidi di continuare la navigazione consideriamo che accetti il loro uso.
Per ulteriori informazioni sui cookies e su come eventualmente disattivarli, clicca qui.