Stampa
Visite: 3340

Eurodéputée depuis 2001, j'ai finalement accepté l'invitation de Jean-Claude Marcourt de rejoindre la liste régionale du PS en tant que dernière suppléante: cette place est symbolique et porte bonheur puisque c'est la place n°13. Vous avez lu les journaux et suivi la télévision à propos de cette décision: ce n'était pas une décision facile de passer de l'Europe à la Région. Et je l'assume totalement: c'est la logique du coeur. Voici ce que j'en ai dit ailleurs:

 

«Je le fais pour trois raisons» dit-elle «La première, c'est mon amitié et mon estime de toujours pour Jean- Claude Marcourt. Il a fait un travail incroyable à la Région, en prenant des risques personnels notamment dans sa défense de la sidérurgie et il a une vision claire du futur de la Wallonie. C'est un vrai politique.

La seconde, c'est le sentiment d'inquiétude et d'urgence qui m'habite. Ces élections vont être un choc pour la Belgique, un tournant- et seule une Wallonie forte, qui se développe et se réindustrialiser au sein de l'Europe, avec un ancrage social solide, pourra nous permettre de résister aux séparatistes Flamands. Nous devons être un pôle de développement, de stabilité, et notre meilleur héritage du passé, ce sont les luttes sociales que nous avons menées. Mais l'avenir est à construire. Le PS l'a compris très tôt: il va poursuivre ses combats pour plus de justice sociale.

La troisième raison, c'est ma fidélité aux amis et camarades rassemblés sur cette liste. Certains sont des amis depuis toujours comme Hassan Bousseta qui a partagé mon engagement pour la Palestine et le Moyen orient, d'autres des féministes convaincues, comme Isabelle, Christie, Annie, Aïcha, Chantal, d'autres encore des laïques ouverts à la tolérance, à la diversité culturelle. Je me sens bien avec eux et je partage leur combat pour une Wallonie libre, diverse et tolérante.

Dans un monde où les antagonismes raciaux et confessionnels sont à l'origine de tant d'atrocités et de guerres, sachons préserver nos valeurs.

Enfin, j'ai travaillé longtemps, avant d'entrer au Parlement européen, sur la création d'emplois pour les jeunes, sur les

conditions de travail, sur le travail décent, j'ai lutté contre le stress et le suicide au travail et je connais désormais à fond le fonctionnement de l'Europe, ce qu'elle peut nous offrir et ce dont nous devons nous méfier. Je mets ces compétences au service de la Région. A ceux qui me demandent s'il y a un calcul, une négociation quelconque derrière cette décision, je réponds, non. Une seule logique me guide: c'est la logique du coeur.»

Une fois de plus, faites-moi confiance: vous savez que je vais jusqu'au bout de mes engagements.

Vous pouvez voter pour plus d'un(e) candidat sur une liste: profitez-en!

Questo sito utilizza i cookies per migliorare servizi ed esperienza dei lettori.
Se decidi di continuare la navigazione consideriamo che accetti il loro uso.
Per ulteriori informazioni sui cookies e su come eventualmente disattivarli, clicca qui.