Stampa
Visite: 1568

Uno sguardo massonico sui Dogon.

I Dogon sono agricoltori che vivono tra le falesie di Bandiagara in Mali. L’etnologo Griaule ha studiato la loro cultura dopo esserne stato iniziato in 33 giornate da un vegliardo, che gli ha svelato una cosmogonia panteistica integratrice dell’Uomo nell’Universo. È una mitologia tanto sapiente e importante quanto quella di Grecia, Egitto o Medio Oriente. Contiene una simbologia polimorfa, testimone della complessità delle credenze originali (e non primitive), dalle quali possiamo estrarre quattro grandi temi: la Sessualità, la Morte, le Parole, il Lavoro (agricoltura, tessitura). Ovunque sono presenti alcune costanti: la dualità, le rotture e la dialettica fecondità/morte.

Attualmente, questa civiltà costituisce un «isolato» relativamente ben conservato, non depauperato, riguardo alla ricchezza della simbolica e delle credenze di tutta l’Africa sud sahariana. I suoi principi si ritrovano nelle stampe e nelle pitture rupestri risalenti al periodo neolitico-umido, che consentiva l’agricoltura e l’allevamento. A causa della desertificazione, queste popolazioni si sono concentrate lungo i fiumi (il Niger), fino in Egitto dove si riconosce loro alcune grandi componenti del sistema. I Dogon sono dunque latori di una ricca simbologia che si manifesta attraverso i riti. La loro conoscenza permette un confronto parallelo (e fraterno) con la Massoneria, un altro sistema simbolico e iniziatico.

 

A Masonic overview of the Dogon people.

The Dogon are farmers whose principal area in Mali is bisected by the Bandiagara Escarpment, a sandstone cliff. French anthropologist and ethnographer Marcel Griaule, known for his studies of the Dogon people, underwent a thirty-three-day initiation under an elder who revealed to him a pantheistic cosmogony integrating Man with the Universe. It is as important and elaborate a mythology as those of the Middle East, Greece and Egypt. It involves a polymorphic symbolism, an eloquent testimony to the complex nature of initial thoughts (not primitive ones). We will study four major themes: Sexuality, Death, Speech, Work (Agriculture -Weaving). Everywhere some constant key features remain: duality, ruptures and the dialectic of fecundity/death.

Nowadays, that civilization is a relatively preserved example of a cultural isolate alive and well, as regards Sub-Saharan Africa's richness of symbolism and beliefs.  Their themes echo through rock paintings and engravings dating from the damp Neolithic period that allowed growing crops and raising livestock. As a consequence of desertification, these populations have tended to concentrate along the rivers (e.g. the Niger River), as far as Egypt where some major components of the system can be traced. So, the Dogon can be seen as the carriers of high symbolic values expressed through rites. The opportunity of meeting them allows an expert (and fraternal and brotherly) overview on Masonry, another symbolic and initiatory system.

Un regard maçonnique sur les Dogons.

Les Dogons sont des agriculteurs qui vivent dans les falaises de Bandiagara au Mali. L’ethnologue Griaule a étudié leur culture et fut initié par un vieillard, en 33 journées. Il lui révéla une cosmogonie panthéiste qui intègre l’Homme dans l’Univers. C’est une mythologie aussi savante et importante que celles de Grèce, d’Égypte ou du Moyen Orient. Elle contient une symbolique polymorphe, témoin de la complexité des pensées initiales (et non primitives). Nous retenons quatre grands thèmes : la Sexualité, la Mort, la Parole, le Travail (Agriculture - Tissage). Partout on reconnaît des constantes : la dualité, les ruptures et la dialectique fécondité/mort.

Actuellement, cette civilisation est un isolat relativement conservé, non appauvrie, concernant la richesse de la symbolique et des croyances de toute l’Afrique sud saharienne. Leur thématique se retrouve dans les gravures et peintures rupestres datant de la période humide néolithique qui permettait agriculture et élevage. A cause de la désertification, ces populations se sont concentrées le long des fleuves (le Niger), jusqu’en Égypte où l’on reconnaît quelques grandes composantes du système. Les Dogons sont donc porteurs d’une riche symbolique s’exprimant par des rites. Leur rencontre permet un regard autorisé (et fraternel) sur la Maçonnerie, un autre système symbolique et initiatique.

Eine freimaurerische übersicht über die Dogons.

Die Dogons sind  Bauern, die in den Bandiagarabergen in Mali leben. Griaule, ein Ethnolog, hat ihre Kulture studiert. Er wurde von einem Greis in 33 Tage eingeweiht. Dieser Mann enthüllte Ihm eine pantheistische Weltentstehung, die den Mann im Universum integriert.  Es handelt sich hier um eine Mythologie, die sich so  gelehrt und wichtig wie diejenigen von Griechenland, Egypten oder Naheosten erweist. Sie enthält eine gestaltige Symbolik, die die Zusammengesetßtheit des ursprünglischen und nicht primitiven Denkens widerspiegelt. In diesem Artikel, haben wir vier Hauptthemen ausgewählt:  die Sexualität, der Tod, das Wort, und die Arbeit (Landwirtschaft und Weben). In allen erkennt man Konstanten: Zweiheit, Auflösungen,  und die Dialektik zwischen Fruchtbarkeit und Tod. 

Heutzutage, vertritt diese Gesittung ein relativ erhaltenes, unverarmes Isolat, was der Reichtum der Symbolik und der Glauben vom ganzen subsaharischen Afrika angeht. Ihre Thematik wiedererkennt sich in den Felsenscnitten und Wandmalereien, die von der feuchten

Neolistichen Periode herstammen, welche Landwirtschaft und Züchtung erlaubten. Wegen der Wüstenartigierung, haben sich diese Bevölkerungen am Flüßen (der Niger) entlang, sowie in Egypten konzentriert, wo man die Hauptkonstanten des Systems erkenne kann.   Also, sind die Dogons Träger einer reichen Symbolik, die sich durch Riten ausdrückt.  Die Entdeckung dieser symbolik erlaubt doch eine rechtfertigte sowie brüderliche Beachtung über die Freimaurerei, ein anderes symbolisches und eingeweihtes Systems.

Μία Τεκτονική Ματιά στους Ντογκόν.

Οι Ντογκόν είναι αγρότες που ζουν στα απόκρυμνα βράχια της Bandiagara στο Μαλί. Η ανθρωπολόγος Griaule μελέτησε τον πολιτισμό τους και μύηθηκε σε αυτόν από έναν υπέργηρο, σε 33 ημέρες. Αυτός της αποκάλυψε μία πανθεϊστική κοσμολογία η οποία ενσωματώνει τον Άνθρωπο στο Σύμπαν. Πρόκειται για μία μυθολογία τόσο γεμάτη σοφία, τόσο σημαντική, όσο εκείνες της Ελλάδος, της Αιγύπτου και της Μέσης Ανατολής. Εμπεριέχει μία πολυμορφική συμβολική, που μαρτυρεί την πολυπλοκότητα των αρχικών σκέψεων (και όχι αρχετυπικών). Ξεχωρίζουμε τέσσερα κύρια θέματα : η Σεξουαλικότητα, ο Θάνατος, η Εργασία (Γεωργία - Υφαντουργία). Παντού αναγνωρίζουμε σταθερές : η δυαδικότητα, οι ρήξεις και η διαλεκτική γονιμότητα / θάνατος.

Σήμερα, αυτός ο πολιτισμός αναπτύσσεται σε μια απομονωμένη περιοχή και είναι σχετικώς καλά διατηρημένος, όχι φτωχός, πλούσιος σε συμβολισμό σε σχέση με τις πεποιθήσεις όλων των χωρών της Αφρική της Νότιας περιοχής της Σαχάρας. Η θεματολογία τους βρίσκεται σε ζωγραφιές των σπηλαίων και χαρακτικά, που χρονολογούνται από τη Νεολιθική περίοδο στην οποία αναπτύχθηκαν η γεωργία και η κτηνοτροφία. Εξαιτίας της ερήμωσης της περιοχής, αυτοί οι πληθυσμοί συγκεντρώνονται κατά μήκος των ποταμών (Νίγηρας) μέχρι την Αίγυπτο, όπου αναγνωρίζουμε κάποιες μεγάλες συνιστώσες του συστήματος. Οι Ντογκόν είναι φορείς ενός πλούσιο συμβολισμό που εκφράζεται μέσα από τελετουργίες. Η συνάντησή μαζί τους μας επιτρέπει να δώσουμε μία έποψη αδελφική και τεκτονική, σε ένα άλλο συμβολικό και μυητικό σύστημα.

Dogonlar’a Masonik Bir Bakış.

Mali’de, Bandiagara falezlerinde yaşayan ve tarımla geçimini sağlayan topluluğa Dogonlar denmektedir. Bir etnolog olan Griaule, aralarında yaşayarak kültürlerini incelemiş ve yaşlı bir bilge tarafından 33 gün süreyle aydınlatılmıştır.  Bu aydınlanma insan ve evren odaklı olup, panteist bir yaradılış anlayışına dayalıdır. Burada sözü edilen mitolojik anlatım, antik Yunan, Mısır ve Ortadoğu mitolojileri kadar derin, kapsamlı, önemlidir. Aydınlanmanın çok yönlü bir düşünce açılımı gerektirdiğini ve tek bir noktadan bakınca yaşamın gerçeklerine ulaşılamayacağını savunur. Gerçeklerle bağdaşan bir yaşamın dört farklı anahtarı vardır: Cinsellik, Ölüm, Sözcükler (dil), Çalışma. İnsan doğumdan sonra cinsellikle çoğalır, kaçınılmaz olarak ölür. Bu arada dil ile ilişki kurar ve çalışarak yaşamı sürdürür. Tarım ve dokuma emek isteyen çalışma konularıdır. Yaşamın her aşamasında karşıtlıklar vardır, acılar ve zorluklar kaçınılmazdır, cinsellik ve ölüm yaşamsal döngünün diyalektiğidir.

Günümüzde bu kültür, Afrika’nın Güney Sahrasındaki bütün simgesel zenginliği içermektedir. Diğer kültürlerle kısıtlı iletişim içinde olması, geleneksel kavramları korumasını sağlamıştır. İnsanların tarım ve hayvancılığa başladığı neolitik çağlardan kalan duvar resimlerinde ve geleneksel sanatlarında bu anlayışın izlerini bulmak mümkündür. Geçmişte çok daha geniş bir alana yayılan bu kültür, kuraklık nedeniyle Nijer nehrinin kıyısına çekilmiş ve Mısır’ı da etkilemiştir. Dogonlar çok zengin bir simgesel anlatımı korumakta ve  ritüelik benimsemelerinde özenle sürdürmektedirler. Masonlukla benzerlikleri olan, eski ve köklü bir aydınlanma yöntemine sahiptirler ve bu yöntemin incelenmesi, evrensel kültür zenginliği içinde, bize yeni ufuklar açabilir.

Een maçonnieke kijk op de Dogon.

De Dogon zijn landbouwers die leven op de kliffen van het Bandiagara plateau in Mali. De etnoloog Griaule heeft hun cultuur bestudeerd en werd in 33 dagen door een ouderling ingewijd. 

Hij openbaarde hem een pantheïstische kosmogonie die de Mens integreert in het Heelal. Het is een mythologie die even geleerd en belangrijk is als die uit Griekenland, Egypte of het Midden-Oosten. Zij bevat een veelvormige symboliek die getuigt van de ingewikkeldheid van de uitgangspunten (en niet van het primitieve ervan). We kunnen vier grote thema’s weerhouden: de Seksualiteit, de Dood, het Woord, het Werk (Landbouw – Weven). Overal herkennen we constanten: de dualiteit, de breuken en de dialectiek vruchtbaarheid / dood. Deze beschaving kent heden ten dage een relatief goed bewaard isolaat en is niet verarmd, als we de rijkdom van de symboliek en de geloofsovertuigingen van het hele zuid-saharische Afrika beschouwen. Hun thematiek vinden we terug in de rotstekeningen en schilderijen, daterend uit het vochtig neolithicum, dat landbouw en veeteelt toeliet. Door de woestijnvorming hebben die volkeren zich gevestigd langsheen de rivier (de Niger), tot in Egypte, waar we enkele grote onderdelen van het systeem terugvinden. De Dogon zijn dus drager van een rijke symboliek die via ritussen uitgedrukt wordt. Hen ontmoeten laat een (broederlijke) kijk toe op de Vrijmetselarij, een ander symbolisch en initiatiek systeem.

Una mirada masónica sobrelos Dogones.

Los dogones son un grupo étnico de agricultores que vive en la región central de Malí, al sudoeste de la curva del río Níger, cerca de la ciudad de Bandiagara, en la región de Mopti. El etnólogo Griaule ha estudiado su cultura y fue iniciado por un viejo de la tribu en 33 jornadas. Le reveló una cosmogonía panteísta que integra al Hombre en el Universo. Es una mitología de sabiduría e importancia parejas a las de Grecia, Egipto y Oriente Medio. Contiene una simbología poliforme, testigo de la complejidad de los pensamientos iniciales (y no primitivos). Nos fijamos en cuatro grandes temas: la Sexualidad, la Muerte, la Palabra, el Trabajo (Agricultura – Textil). Forzoso es reconocer las coincidencias: la dualidad, las rupturas y la dialéctica fecundidad / muerte.

En la actualidad, esta civilización permanece en un aislamiento relativamente bien conservada, no se ha empobrecido y ha logrado conservar la riqueza de sus símbolos y de las creencias de toda el áfrica sub-sahariana. Su temática se reencuentra en los grabados y en las pinturas rupestres procedentes del período húmedo neolítico que hizo posible la agricultura y la ganadería. Por razón de la desertificación, estas poblaciones se fueron concentrando a lo largo de los ríos (el Níger) hasta llegar a Egipto, donde se reconocen algunos grandes componentes del sistema. Los dogones son, por tanto, portadores de una riqueza simbólica que se expresa mediante ritos. Su descubrimiento permite una mirada autorizada (y fraternal) sobre la Masonería, otro sistema simbólico e iniciático.

 

 

 

 

 

Foreword / Avant-propos
Philippe Busquin

 

L’absente
Pierre Auréjac

 

La Franc-maçonnerie écossaise, une quête du sacré?
Georges Bertin

 

Un regard maçonnique sur les Dogons
Jean Delfaud, Xavier Alzieu 

 

Il Grande Architetto dell’Universo (GADU)
Valerio Perna

 

Renaissance de la Maçonnerie en Hongrie
Pierre du Villard

 

Des arts libéraux au Rite Écossais Ancien et Acceptè (2)
Maurice Weber

 

Der Aufstand der Literatur gegen den Fundamentalismus, oder: Der Krieg der Wörter
La révolte de la littérature contre le fondamentalisme, ou la guerre des mots 
Jürgen Wertheimer

 

 

 

  

Foreword

By the time you read this sixth issue of Kilwinning, the ballot box will have spoken and the European citizens of the twenty-six Member States will have expressed their views, deciding on their representation in the European Parliament, at the time its prerogatives with regard to the democratic control are strengthened, which we can only salute.

Having reached a qualitatively new milestone of the European construction, the voice of the citizens is sought and each and everyone of us should applaud, because what it all boils down to, henceforth at the Community level, is the application of rules prevailing everywhere in our national level’s scope. From now on, these rules apply in an area where many people have been expressing concerns about the overwhelming uncontrolled power of increasingly questioned EU bodies without, at that stage, the legitimacy conferred by the normal election procedure.

So, in our twenty-eight countries, 400 million voters or so, by then, will have been able to perform their civic duty for the new 751-seat Parliament, each country having at least six MEP’s. Naturally, the largest countries will be represented in due proportion: Germany with 96 members, France with   74,    Italy   and    the    United Kingdom with 73 members each. And for the first time, the whole of the electorate will determine who will be the President of the European Commission. Any citizen should welcome it.

For us who, irrespective of democratic political forces, see in this issue a further step forward, there remains some concern about the role to be played by Europhobes mounting an assault on this Parliament, by anti-democratic or xenophobic parties having made their best efforts - as an editorial in the French newspaper Le Monde reminded us, to placate an electorate becoming sickened by the way today’s Europe, from their perspective, is not able to protect them. “The crisis has struck…And if Europe may not be held responsible, it is considered to be guilty.”

But, as far as we are concerned, we refuse to accept this prospect. Adversity and such major challenges should not frighten us. Instead, we have to continue working tirelessly in this endeavour and defend our own values with equal strength.

Philippe BUSQUIN
Chairman of the EU.SRRS aisbl
Member of the royal Academy of Sciences, Letters and the Fine arts of Belgium

Avant-propos

Lorsque vous lirez ce numéro six de KILWINNING, les urnes auront parlé et les citoyens de l’Europe des Vingt-huit se seront exprimés en décidant de leur représentation au Parlement Européen, au moment même ou celui-ci se trouve renforcé dans ses prérogatives de contrôle démocratique, ce que nous ne pouvons que saluer.  

En franchissant cette nouvelle étape qualitative de la construction européenne, la voix des citoyens est sollicitée et chacun d’entre nous devrait s’en féliciter car il s’agit ni plus ni moins que de l’application, dorénavant au niveau communautaire, de règles qui prévalent partout dans notre périmètre au niveau national. Ces règles trouvent donc désormais leur application là où nombreux étaient ceux déplorant la toute puissance incontrôlée d’instances européennes souvent contestées car elles restaient jusqu’alors dépourvues de la légitimité conférée par le vote citoyen. 

Dans nos vingt-huit pays donc, quelque 400 millions d’électeurs auront pu accomplir leur devoir afin de pourvoir 751 sièges au Parlement, chaque pays disposant d’un minimum de six députés. Les pays a plus fortes populations y seront bien entendu représentés à due proportion : l’Allemagne avec 96 élus, la France avec 74, l’Italie et le Royaume-Uni avec chacun 73 députés. Et pour la première fois le vote des électeurs déterminera qui présidera la Commission européenne. Les citoyens devraient s’en féliciter. 

Pour nous qui, indépendamment des partis démocratiques, voyons dans cette échéance une nouvelle avancée, l’inquiétude demeure quant au rôle que joueront les europhobes partis a l’assaut de ce Parlement, les partis antidémocratiques ou xénophobes ayant déployé tous leurs efforts pour charmer, comme l’écrivait le quotidien français Le Monde, des électeurs écœurés par une Europe qu’ils estiment incapable de les protéger. “La crise est passée par là… Et si l’Europe n’est peut-être pas responsable, elle est jugée coupable.”

Mais, pour ce qui nous concerne, nous ne nous résignons pas. L’adversité et ces défis ne doivent pas nous effrayer. Bien au contraire, à nous de poursuivre inlassablement le travail sur nos valeurs et de les défendre avec une égale vigueur.

Philippe BUSQUIN
Président de S.EU.RE aisbl
Membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique

Un regard maçonnique sur les Dogons.

Jean DELFAUD et Xavier ALZIEU

Professeur honoraire de Géosciences à l’Université de Pau (France), Jean Delfaud fut coopérant en Algérie. Maçon depuis 50 ans, il est Membre Actif du Suprême Conseil REEA-GODF.

Chirurgien-Dentiste, ancien Chargé de recherche au Centre National d’Études Spatiales de Toulouse, Xavier Alzieu fréquente les hauts grades du REAA-GODF.

Pourquoi les Dogons ?

Connue par les Européens depuis moins d’un siècle, la culture dogon, une culture essentiellement orale, est portée par un peuple réfugié de longue date dans un territoire sud-saharien, actuellement le Mali. Cette civilisation fut très à la mode dans les années 50 avec la parution de livres ainsi que le succès des célèbres films de Jean Rouch. Ensuite est apparu un début de tourisme, avant les exactions récentes commises par les fanatiques de l’Islam intégriste.

Nous sommes en présence d’une pensée complexe, un grand sujet d’étude pour les ethnologues. Se pose alors l’interrogation classique relative à toutes les civilisations dites primitives : est-ce un archaïsme, c’est-à-dire un témoin des stades initiaux de la pensée humaine, ou est-ce un isolat dégénéré ? Depuis les travaux d’A.C. Blanc («de l’usage inadéquat du terme primitif»[1]), nous savons l’importance de ces systèmes polymorphes. Leur archaïsme contient une diversité, une richesse, propre à toute pensée initiale. Ensuite, les cultures évoluées ne sont, de fait, que des simplifications appauvries. Chez les Dogons, les processus initiatiques sont restés très vivants : c’est pour cela que le voyage vers les falaises de Sanga est important pour les Maçons qui pratiquent eux aussi des rituels initiatiques, également basés sur une pensée symbolique. Ce voyage, nous l’avons fait séparément, avec nos familles, à dix années d’intervalle. La rencontre du paysage, de ses falaises, de ses villages, fut un choc qui nous a conduits à essayer de comprendre en lisant des ouvrages, en particulier ceux de Griaule. En retour, ce fut pour nous un nouveau regard sur notre pratique maçonnique.

 

Le paysage

Le pays dogon est une région très aride dans la savane sahélienne. Les falaises séparent plateaux caillouteux et dépressions sableuses. L’eau manque partout. L’élevage est réduit, la production agricole essentielle est le mil, complétée, dans de rares secteurs irrigués, par la culture des oignons qui, séchés, sont vendus dans toute l’Afrique occidentale. Les falaises nues, escarpées, façonnées dans un grès patiné de noir, sont l’élément le plus spectaculaire. A leurs pieds, les villages se blottissent. Ils sont surmontés de grottes et abris naturels. Cet ethno-système de falaises est classique. On le connaît dans diverses régions du monde : villages indiens des Pueblos du Nouveau Mexique, pays Bamian avec ses bouddhas géants sur la route de l’Asie Centrale, etc. En Europe, citons les falaises calcaires du sud de la France : Provence, Grands Causses. Ces reliefs constituent des forteresses naturelles avec des espaces de refuge, quelques sources, des cavités servant de greniers, d’habitat, de lieux de culte, voir d’ossuaires. Tel est le classique paysage du Périgord Noir en Aquitaine, occupé sans discontinuité depuis la Préhistoire. Chez les Dogons, il participe à l’espace sacré dans lequel toute la population vit intensément.

Les villages dogons sont une composante du sacré. Ils sont très pittoresques, mais là n’est pas l’essentiel. On y distingue les cases, sommaires, les greniers à mil, très décorés, et les temples souvent sans toit, ouverts sur la Voûte Étoilée. De fait, tout le village a une signification symbolique. Aucune rupture donc entre la Nature et l’Humain qui forment le Grand Tout.

 

GRIAULE, un ethnologue initié

Pour les Dogons, Griaule fut un découvreur, un ami, un vulgarisateur, un ambassadeur. Par la pratique de la Parole, il développa un échange dialectique écoutant/écouté, maître/élève et initiant/initié. Fils de chef de gare, il se destinait à l’armée. Il a opté pour l’ethnologie. Premier exploit : en compagnie de quelques précurseurs, dont le surréaliste Leiris, il organise et réalise en 1931, la traversée Ouest-Est de l’Afrique. Là, il découvre le peuple dogon, seulement connu de quelques militaires, et il assiste à une grande cérémonie rituelle : des funérailles avec la participation de la société des masques. C’est un choc. Il décide d’approfondir la connaissance de cet univers. Il réalise de nombreuses missions d’étude. Il observe, écoute, note et aide ses hôtes en faisant construire, sur les maigres crédits du CNRS, un barrage qui permet de développer la culture des oignons.

1946. Arrive le moment décisif. Il est convoqué par le vieil Ogotemelli car l’assemblée des Anciens a décidé de commencer son initiation en lui révélant les grandes structures de la pensée dogon. Il y aura trente-trois journées : trente-trois révélations d’une cosmogonie étonnante, riche, ésotérique, poétique. Une communication orale comme le sont toutes les traditions en Afrique. Sous le choc, Griaule, revenu en France, publie deux articles techniques et un ouvrage « grand public », Dieu d’eau, qui connaît un large succès. Les missions continuent. Griaule approfondit sa connaissance.

1956. Griaule meurt à Paris.  Cette mort prématurée ne lui permet que de publier le début d’un ouvrage qui reste incomplet : Le Renard Pâle. Les Dogons organisent les obsèques traditionnelles avec un mannequin représentant l’initié. Dans le rituel, on doit casser l’instrument de travail du défunt. Pour les agriculteurs, c’est une houe, pour Griaule, les Dogons cassent un crayon !!!

L’apport de Griaule est fondamental, car il a révélé l’existence d’un système polymorphe, archaïque au sens initial du terme, un polythéisme extrêmement complexe. Des collègues, petits et jaloux, ont voulu déprécier l’œuvre. Il reste que Griaule a bien connu la pensée initiatique. Celle de l’Afrique, mais aussi celle de l’Europe. Fut-il lui-même maçon ? Il n’y a pas de preuves publiques, mais nombre de ses amis et collègues étaient maçons. Les Pétainistes ne s’y sont pas trompés, insultant en 1942, « le Musée de l’Homme, judéo-maçonnique, dont les africanistes Griaule et Leiris ». Et tout le monde a noté le parallélisme entre les trente-trois journées chez Ogotemelli et les trente-trois étapes de l’initiation écossaise.

 

La Cosmogénèse

Rappelons la légende fondatrice dogonne : Nommo, l’ancêtre des hommes était androgyne ; Dieu, Amma, lui trancha la verge, les testicules, le clitoris, il le sacrifia et le fit renaître comme couple procréateur. Au commencement Dieu se tenait à l’intérieur de l’œuf du Monde. Il avait créé le Soleil, puis la Lune, par une technique, qui, bien plus tard, serait réservée aux femmes : la poterie. Le Soleil est une poterie, toujours portée à blanc, définitivement en train de cuire. Une graine se déposa au centre du Monde, éclata, et la parole de Dieu s’y enroula. La graine, l’œuf du Monde, est aussi un placenta ; en son sein Dieu créa les premiers êtres animés : deux paires de jumeaux mâles. Il leur destinait une épouse parfaite, leur sœur jumelle. Mais l’un des jumeaux, Ogo, voulu devenir le maître du monde et se disait aussi savant que Dieu. Il se lança dans le vide, en arrachant un morceau de placenta, qui forma la Terre. D’autres disent que c’est Amma qui la forma, en lançant en l’air en le faisant tournoyer, un boudin de terre glaise qui s’aplatit et devint la Terre. Puis Ogo déroba au ciel les graines de Dieu son père et les sema. Dieu assécha ce premier champ. Seul poussa le fonio qui devint rouge et impur, comme le sang menstruel. Ogo venait d’inventer l’agriculture, mais il avait introduit le désordre dans le monde. Alors Dieu le priva  de sa voix, le transforma en quadrupède, le Renard Pâle, et décida de réorganiser l’Univers. Il sacrifia le frère jumeau du Renard Pâle, Nommo, lui trancha le sexe et la gorge. Un flot de sang inonda l’espace et la première étoile se mit à briller : Sirius, le nombril du Monde. Dieu fit renaître Nommo qui prit la forme d’un couple de jumeaux humains. Le mâle descendit le premier sur la terre sèche du Renard. Les quatre ancêtres des hommes, ses fils, l’accompagnaient. Quatre mâles dotés chacun d’une sœur jumelle. Le soleil se leva pour la première fois et le renard prit la fuite : la nuit est son refuge. Puis le forgeron descendit du ciel, avec la jumelle de Nommo et les premières graines. Il fit tomber la pluie. Et les ancêtres commencèrent à cultiver la terre. Mais Yasigi, la jumelle du Renard Pâle descendit à son tour du ciel et alla au-devant des hommes pour y jeter le trouble. Elle épousa l’ancêtre et l’incita à cultiver le champ du renard. En résulta une épouvantable sécheresse. Il fallut purifier la terre à nouveau. L’ancêtre Dyongou Serou fut sacrifié par ses frères. Il perdit l’immortalité. Les hommes taillèrent un grand serpent de bois qui devint le support de sa force vitale. Mais ils ne purent empêcher la mort de se répandre. Le renard inventa les rites funéraires. Revêtu de fibres rouges sanglantes, il monta sur une terrasse et déclara que Dieu son père était mort, car le Ciel s’était à jamais séparé de la Terre. Aujourd’hui encore, les agriculteurs Dogon saluent le renard, le maître du désordre, lorsqu’ils enfoncent dans la terre d’un coup de houe, le fonio, la graine primordiale volée à Dieu par son fils, le chacal. Fin de la légende, et début de ses implications dans l’organisation sociale.

Tous les 60 ans les Dogons commémorent deux choses extraordinaires : l’invention de la parole et celle de la mort. Les cérémonies durent sept ans, de village en village. Les hommes s’habillent avec des accessoires féminins et boivent de la bière de mil distribuée par les vieillards ayant participé aux cérémonies 60 ans plus tôt. Au cours de ses rituels, le Renard Pâle cherche sa sœur jumelle Yasigi.

Chez le Dogons, l’homme n’est jamais séparé de l’univers, des végétaux, des minéraux, des animaux, des étoiles. C’est une religion qui insert l’homme dans la nature.

Les Dogons ont établi eux-mêmes leur propre généalogie. Ils possèdent non seulement de vastes connaissances et font preuve d’un langage très sophistiqué, mais ce sont aussi de véritables historiens qui ont construit tout un système d’une extrême rigueur servant de base à des rituels basés sur l’abolition de la frontière entre réel et imaginaire. L’étude de ces rituels a apporté à l’humanité entière, la preuve que les peuples africains vivaient sur des idées complexes et ordonnées, sur des systèmes d’institutions et de rites ayant une importance primordiale dans la notion de personne, elle-même liée à celle de société, d’univers, de divinité. Chez eux aussi des mythes cohérents donnent la clé des institutions et des coutumes.

 

Prenons quatre thèmes pour illustrer ce propos :

        

La sexualité

Chaque être humain, dès l’origine, est  nanti de deux principes correspondant à deux personnes distinctes de sexe différent. Pour l’homme, l’âme femelle siège dans le prépuce. Pour la femme, l’âme mâle est supportée par le clitoris. L’enfant qui arrive au monde est autant masculin que féminin. La vie des hommes ne pouvait s’accommoder de ces êtres doubles. Dans la pratique, la société lui reconnaît, par anticipation, le sexe qu’il présente en apparence.  Toutefois, par des détails liés au symbolisme, l’androgynie spirituelle reste présente. Dès lors, chez les Dogons, pratiquer l’excision, c’est empêcher l’érection clitoridienne et la mise en cause de la masculinité réservée aux hommes. Pratiquer la circoncision, c’est saigner comme la femme, et ensemencer le sol qui deviendra germinal. Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme. Ainsi se trouvent liés l’activité agricole et l’acte sexuelle.

 

La mort

Il y avait eu combat entre deux génies de la même famille, l’un avait dégluti l’autre. L’un, le vainqueur, était mort impur et avait été représenté sous sa forme de serpent, par un grand bois taillé tous les soixante ans. L’autre, de forme plus céleste, était ressorti vivant des entrailles pour mourir aussitôt. On le représentait avec deux bras et un corps, mais sans tête. Cette tête, tous les soixante ans, est l’homme lui-même, buvant la bière du culte des défunts. Lors de ces cérémonies, certains percussionnistes, sont assis sur un siège en forme de tronc humain. Ce sont eux-mêmes qui représentent la tête, sorte de medium entre les forces naturelles telluriques sollicitées par les instruments et la communauté des hommes dont ils sont, à ces occasions, les portes d’entrées.

 Il y a dans le monde des morts une réplique au monde des vivants. Un mort n’accède pas au repos directement ; il ère ainsi au-dessus des villages, au-dessus des champs, jusqu’à ce que sa famille offre le rite funéraire. Il faut parfois économiser pour faire face à la dépense et le mort attend toujours. Il s’exprime alors par la voix des vieux, ivres de mil fermenté dans les fêtes annuelles, vieux qui rappellent aux vivants leur devoir d’honorer les morts comme il se doit, afin qu’ils accèdent au repos. Pour conjurer la mort, tous les soixante ans, les Dogons se donnent tous ensemble, toutes générations confondues, l’illusion de l’éternité.

 

La parole

L’oracle du renard, le génie de l’eau, dans une mare, a révélé la parole à un de ses enfants.  Jusque-là les premiers hommes ne parlaient pas. Cela s’est passé à minuit. La parole, véhicule du progrès, fondement de l’organisation du monde, est finalement une calamité. Elle est née du désordre parce que nécessaire au rétablissement de la marche normale des choses. Si le monde s’était développé sans heurts sur la base originelle, point n’était besoin de parole, ni de techniques, les deux choses étant étroitement liées. Les Dogons vont même jusqu’à dire que les animaux sont plus perfectionnés que les hommes, attendu qu’ils n’ont pas la parole.

La parole, née du désordre car dans l’équilibre nul besoin d’elle, est pour tous en ce monde ; il faut l’échanger, qu’elle aille et vienne, car il est bon de donner et de recevoir les forces de vie. Car la vie naît du mouvement, des échanges, de la dynamique. Mais la parole qui se perd dans l’air arrive dans les territoires des génies et de dieu. Par la voix, l’homme alerte dieu et prolonge l’action divine. La parole est née dans une mare humide. Le sexe de la femme est humide ; il est le siège de la parole des forces vitales et le pagne rouge que portent les hommes symbolise cette double identité : sang menstruel et nécessité du silence de la communauté humaine pour mieux entendre les dieux et la nature.

 

Le travail, agriculture et tissage

L’agriculture est assimilée à un tissage : le champ est comme une couverture à bandes ; les carrés noirs et blancs, ceux de la couverture des morts, étant figurés par l’alternance des buttes faites à chaque pied cultivé et des vides correspondants. Une butte et son ombre forment un carré noir. L’ensemble des champs, autour du village, et le village lui-même, deviennent une grande couverture. Les maisons à terrasses éclairées par le soleil sont les carrés blancs, les cours emplies d’ombre les carrés noirs. Les ruelles sont les coutures unissant les bandes. Or le tissage étant une parole, fixant la parole dans le tissu par le va-et-vient de la navette sur la chaîne, l’agriculture, par le mouvement de va-et-vient du paysan sur les parcelles fait pénétrer le verbe des ancêtres, c’est-à-dire l’humidité, dans la terre travaillée, fait reculer l’impureté de la terre, étend la civilisation autour des lieux habités.

Mais si cultiver c’est tisser, tisser c’est cultiver. La partie sans trame de la chaîne est la brousse. La bande terminée est le symbole du champ cultivé. Les quatre poteaux du métier sont les arbres et les broussailles qui sont abattus avec la navette, symbole de la hache. Tirer à soi le peigne du tissage, c’est tirer le bois pour en faire des fagots.

Passer le fil de la trame, c’est faire avancer la vie, l’eau et la pureté dans les régions désertes. On comprend bien là l’unité du monde : agriculture, tissage, organisation physique des villages, va-et-vient des paroles, pavé mosaïque retrouvé dans tous les domaines de la vie.

Le premier vêtement tissé fut le pagne de la femme. La femme porte un pagne ouvert, sans fermeture, car son sexe est ouvert. S’il en était autrement, elle ne pourrait jamais être fécondée. Le second vêtement fut le pantalon de l’homme. Le pantalon est fermé à l’aide d’une cordelette, car le sexe de l’homme est clos. Le nœud de fermeture est un symbole de l’amour, le bout droit de la corde étant l’homme, le gauche la femme, le nœud symbolisant l’union. La troisième chose tissée a été la couverture des morts, faite de  bandes de carreaux noirs et blancs qui  reproduisent l’agencement des terres productives. Elle est ainsi un symbole de vie et de résurrection. Le mort y est replié un instant comme un fœtus dans la matrice, pour y être retrempé dans le réseau des vivants et des champs pleins de germes.

Et dans l’union physique entre deux êtres, le va-et-vient des corps est un va-et-vient symbole d’échange des énergies, et donc de vie, la bouche de la femme, et donc son sexe, c’est le matériel à tisser. L’image est claire et vous me dispenserez de toute comparaison supplémentaire… La nuit des noces, la couverture des funérailles est étalée sur le couple. Sous le lit sont placées les graines destinées aux semailles. Peut-on mieux illustrer le cycle de la vie ?

 

Cosmogonie et initiation : une référence

 

Une grande civilisation de l’Afrique Noire

Une question se pose : s’agit-il d’un monde isolé, d’une exception parmi les sociétés du Sahel, souvent considérées comme arriérées ? Ou est-ce un exemple particulièrement bien conservé de brillantes civilisations ? Griaule avait commencé l’enquête par l’étude des pratiques religieuses de divers peuples de l’ex-Soudan français en esquissant un prolongement jusqu’à l’extrême Est, l’Abyssinie. Depuis, les travaux ethnographiques ont progressé. Ils ont confirmé l’unité, dans la diversité, de ces mythologies qui, pour reprendre la formule de Griaule, « sont aussi intéressantes, complexes, respectables que les autres, de la Grèce, de la Rome Antique, de l’Égypte, de la Chine, de l’Inde. »

Actuellement, ces sociétés sont situées entre la forêt équatoriale, au Sud (qui a sa symbolique propre), et le Grand Désert au Nord (avec sa mythologie originale). Donc une zone de transition entre deux écosystèmes : ouvert/fermé, et deux types de civilisations : sédentaire/nomade. D’origine climatique, la dialectique forêt/steppe a été accentuée par l’homme. Ainsi, c’est toute une religion des agriculteurs de la savane qui survit, refoulée, étouffée par la venue du monothéisme, le plus virulent étant actuellement celui porté par l’Islam.

 

Le témoin d’un passé lointain

Autre question : quelle fut l’origine de ces civilisations agraires sud-sahariennes ? Dans l’immense territoire désertique qui s’étend des confins mauritaniens à la Lybie (et au désert égyptien), il existe de très nombreuses peintures et gravures rupestres remontant au Néolithique.  Nous avons eu la chance de parcourir les grands ensembles algériens, de l’Atlas au Tassili. Cet art est bien étudié. Plusieurs styles se sont succédé. Le plus ancien, dit des « têtes rondes », témoigne d’un univers symbolique énigmatique, avec des figures étranges, masquées, des masques à têtes d’animaux (les Théranthropes analogues aux masques dogons), des jumeaux peu sexués, de l’eau ruisselant de partout, autant de traces d’une cosmogonie originale. Nous savons qu’à l’époque régnait un climat subhumide, analogue à celui de l’actuelle boucle du Niger. L’écosystème était donc identique et on conçoit que la mythologie était analogue à celle des Dogons. Plus tard, la désertification a progressé et les populations ont vécu d’élevage. Elles ont élaboré des fresques naturalistes avec des bovidés et leurs pasteurs (style bovidien). Ces scènes constituant ce second style sont également symboliques (travaux Hampâte Bâ). Ce sont des rites d’éleveurs Peuls, les témoins d’un autre éco et ethno-système. La désertification totale a refoulé ces populations vers le Sud, abandonnant le désert aux seuls nomades touaregs, avec le chameau comme animal à tout faire et qui, schématisé, apparaît dans le troisième style d’art rupestre (style camélin).

Poussés par la sécheresse, les agriculteurs se sont réfugiés dans les oasis bordant les grands fleuves : le Niger et surtout le Nil. L’Égypte ancienne a donc hérité de toutes ces cultures. Elle a concentré leur symbolisme et tout d’abord la cosmogénèse. Celle dite héliopolitainne présente de nombreuses analogies avec la mythologie dogon : l’eau initiale, la gémellité, la séparation. De plus, le panthéon de l’Égypte ancienne comprend deux grands héritages des écosystèmes africains : le bélier portant le globe solaire, cher aux éleveurs, et le chacal qui accompagne le monde des morts et qui relève de la même lignée que le Chacal-Renard Pâle des agriculteurs. De même, on retrouve la structure des lieux de culte : les grands temples, précédés de colonnes, orientés face au soleil levant. Après bien des transformations, cette disposition se retrouve dans les Temples Maçonniques avec les deux colonnes, l’organisation binaire omniprésente, la Voûte étoilée.

 

Un témoin de pratiques et d’une pensée symbolique complexes

Le monde décrit par Griaule est le témoin, non abâtardi, d’une grande pensée symbolique. En réponse à la grande interrogation sur notre place dans l’univers, cette pensée a élaboré une cosmogénèse complexe, poétique où existe le Mal ou du moins l’agent perturbateur, contradictoire, mais sans le péché.

Les symboles sont multiples. Il est facile d’y rechercher le substrat de la psyché, donc des archétypes. Sont-ils communs à toute l’humanité ou sont-ils propres à l’Afrique ? Jung concevait des structures universelles. Avant que la mondialisation n’entraîne simplification et dégénérescence, il est grand temps d’y réfléchir. Comme toutes les pensées premières, la religion dogon est panthéiste. Il faut avoir couché à la belle étoile dans les falaises du Périgord, du Tassili, de Bandiagara, pour comprendre la beauté du monde et être enveloppé par le sentiment du sacré. En fait, il s’agit d’une véritable religion naturelle, un peu à l’image de celle conçue par exemple par les Maçons du XVIIIe siècle, exprimée dans le beau rituel du 28ème degré du REEA. Notons que cette mythologie peut faire la place à de nombreuses divinités, dans un panthéon complexe, un polythéisme archaïque total, un synthétotype au sens structural. Il n’est pas interdit de noter que cette pensée complexe est plus riche que les monothéismes qui résultent d’une simplification anthropomorphique conduisant à la soumission, culpabilisante, à une autorité transcendantale vindicative.

Afin de communiquer avec les forces naturelles, les Dogons suivent de nombreux rites ; on parlait autrefois de sorcellerie, on dirait de nos jours chamanisme. Leur cérémonial comprenant initiation, sacrifices, divinations, funérailles implique une pratique quotidienne des rituels compliqués. Dans la magistrale et minutieuse économie Dogon tout est dans tout : les cultes considérables se fragmentent jusqu’à la poussière individuelle qui, elle-même, par le jeu des symboles, contient l’immensité de l’organisation du monde humain. Il y a la gestuelle, les invocations, les transes, les danses avec la très impressionnante participation de la société des masques. Dans nos sociétés européennes actuelles ne subsistent que quelques cérémonies comparables, telles les terrifiantes processions des pénitents masqués ou les transes des chanteurs de gospel. Sans imposer ces excès, voire ces pratiques sectaires, la maçonnerie doit se souvenir qu’un rituel n’est pas constitué que de paroles : il doit être mis en scène. La gestuelle est essentielle, elle mobilise tout l’être, la psyché et le corps, la raison et l’émotion.

Ainsi, notre Maçonnerie – et le système écossais en particulier – qui a su conserver un grand polymorphisme peut être enrichi par la connaissance du symbolisme du monde Dogon.

*

*     * 

Éléments bibliographiques



[1] Alberto Carlo BLANC (1906-1960) fut un grand préhistorien, palethnologue et ethnologue italien. S’appuyant sur de solides études de terrain, il a élaboré la théorie de la Cosmolyse : l’évolution progressive se réalise, à partir d’une structure polymorphe (le Synthétotype), par ségrégation des caractères et simplification : la Lyse.

 

 

 

 

 Sponsoring board / Comité de parrainage

 

Roger Dachez,
Chairman of the Masonic Institute of France.
Président de l’Institut Maçonnique de France.

 

Luis Martin,
Professor for Spanish civilization. University of Pau.
Professeur de civilisation espagnole, Université de Pau.

 

Pierre Mollier,
Head of the Archives Department and of the Library of the Grand Orient de France.
Directeur des Archives et de la Bibliothèque du Grand Orient de France.

 

Andreas Önnerfors,
Former Head of the Centre for Resarch into Masonry. University of Sheffield.
Ancien Directeur du Centre de Recherche en Franc-Maçonnerie, Université de Sheffield.

 

Cécile Révauger,
University Professor. University « Michel de Montaigne ». Bordeaux.
Professeur à l’Université Michel-de-Montaigne, Bordeaux III.

 

Jeffrey Tyssens,
Head of the Interdisciplinary Research Centre into Masonry (FREE) V.U.B. Brussels.
Directeur du Centre Interdisciplinaire de Recherche maçonnique, Vrije Universiteit Brussel.

Questo sito utilizza i cookies per migliorare servizi ed esperienza dei lettori.
Se decidi di continuare la navigazione consideriamo che accetti il loro uso.
Per ulteriori informazioni sui cookies e su come eventualmente disattivarli, clicca qui.