Stampa
Visite: 1684

Il Grande Architetto dell’Universo. 

Da Platone a Newton.

Presente nelle costituzioni d’Anderson, regolarmente invocata in molte pratiche massoniche, considerata come un inamovibile vademecum da alcuni, valutata con grande cautela da altri, la nozione del G.A.D.L.U. non riscuote l’unanimità dei Massoni.

Dobbiamo sapere, in primo luogo, che essi non hanno dato origine a questa formula, divenuta poi canonica. E nemmeno ne detengono la prerogativa dell’uso esclusivo. Come risulta dall’analisi genealogica, la formula si è tramandata attraverso i secoli, da Platone, che ne fu l’iniziatore, a Cicerone, Boezio, Pico della Mirandola e Galileo. Fu nel secolo dei Lumi che trovò la sua espressione più evoluta nella fisica newtoniana. Per Newton, infatti, i Principia non sono unicamente mathematica. Contengono una buona parte d’influenza divina e sono ispirati da una metafisica più implicita e sottostante di quanto appaia a prima vista. Questa influenza, resa famosa da Voltaire dalla metafora del Grande Orologiaio, è quella del deismo, propria all’ideologia di quel secolo. Si pensa, troppo spesso e sempre sotto l’aspetto della critica, che i Lumi siano il sommo grado della razionalità. Questo è molto lontano dall’essere vero.

Dobbiamo attribuire a Desaguliers, fedele discepolo e seguace di Newton, la paternità dell’introduzione di questa nozione di Grande Architetto nella culla della massoneria nascente. Le ragioni sono semplici: ottenere il massimo accordo tra le diverse credenze, partendo da un contenuto minimo accettabile da tutte. Tra cattolici, anglicani, presbiteriani e altri, fu il deismo la soluzione di questo equilibrio tra massimi e minimi. Si cercava l’amalgama costitutivo del consenso sociale per mettersi al sicuro dai dibattiti sterili, talvolta suicidi, tra fautori di credenze contrastanti.

Forse, Desaguliers non ha mai conosciuto la diacronia di questa nozione generata da Platone. Gli sarebbe bastato leggere Calvino, che allude, anche lui, al “Divino Architetto”.

 

The Great Architect of the Universe. From Plato to Newton.

Even though the G.A.O.T.U. is very present in Anderson’s Book of Constitutions, regularly invoked by a good many Masonic practices, regarded as an irremovable vade-mecum by some, considered highly suspicious by others, Freemasons do not unanimously support this concept. 

First of all, they are not at the origin of this wording that has become a canonical form. They do not have the exclusive rights, either, for that use. Ever since Plato who was its initiator, through Cicero, Bothius, Pico della Mirandola and Galileo Galilei, it has survived the centuries as a genealogical approach shows. However, it did find its highly developed expression at the time of the Enlightenment in Newtonian physics. Actually, Newton asserts that Principia are not exclusively mathematica. They include a great deal of divine influence underpinned by a far more implicit and underlying metaphysics than it may appear at first glance. Such influence, popularized by Voltaire and the watchmaker analogy, is that of deism peculiar to the Age of Enlightenment. The Lumières are too often considered the acme of rationality and always from a critical approach. But this is far from being the case.

We can safely assume that the concept of Great Architect was introduced into nascent Freemasonry, as a gift in its cradle, by Newton’s faithful disciple and promoter, John Theophilus Desaguliers. The reasons are simple: reach agreement on as much as possible between the different doctrinal ideas and beliefs, with the least possible controversial content acceptable to all. Among Catholics, Anglicans, Presbyterians and others, deism was the very best answer to calculating maxima and minima. It was intended to be the constituent cement of the social foundation, allowing to shield from sterile debates, sometimes lethal, the promoters of rival creeds.

Desaguliers may never have known the diachrony of this notion generated by Plato. All he had to do was read Calvin who also alludes to the Divine Architect.

Le Grand Architecte de l’Univers. De Platon à Newton.

Présente dans les Constitutions d’Anderson, régulièrement invoquée dans beaucoup de pratiques Maçonniques, considérée comme un inamovible vade-mecum par certains, tenue en grande suspicion par d’autres, cette notion du GADLU ne fait pas l’unanimité parmi les Francs-Maçons.

L’on doit d’abord considérer qu’ils n’ont pas été à l’origine de cette formulation devenue canonique. Ils n’en détiennent pas, non plus, la propriété exclusive d’usage. Depuis Platon qui en fut l’initiateur, par Cicéron, Boèce, Pic de la Mirandole et Galilée, elle a su traverser les siècles comme le montre une analyse généalogique. C’est au siècle des Lumières qu’elle a trouvé son expression la plus développée dans la physique newtonienne. Pour Newton, en effet, les Principia ne sont pas uniquement mathematica. Ils contiennent une bonne part d’influence divine et sont sous-tendus par une métaphysique bien plus implicite et sous-jacente qu’il n’y paraît de prime abord. Cette influence, popularisée par Voltaire par la métaphore du Grand Horloger, c’est celle du déisme propre à l’idéologie de ce siècle. On pense, trop souvent et toujours sous l’angle de la critique, que les Lumières sont le point culminant de la rationalité. C’est loin d’être la réalité. 

C’est à Desaguliers, fidèle disciple et continuateur de Newton, qu’il faut attribuer la paternité de l’importation de cette notion du Grand Architecte dans le berceau de la maçonnerie naissante. Les raisons sont simples : obtenir le maximum d’accord entre différentes croyances par le minimum possible d’un contenu acceptable par toutes. Entre Catholiques, Anglicans, Presbytériens et autres, le déisme fut la solution de ce calcul de maxima et de minima. Il se voulait le ciment constitutif de l’assise sociale, permettant de mettre à l’abri des débats stériles, parfois meurtriers, les promoteurs de croyances rivales.

Desaguliers n’a peut-être jamais connu la diachronie de cette notion générée par Platon. Il lui aura suffi de lire Calvin qui, lui aussi, fait allusion au “Divin architecte”.

Der allmächtige Baumeister aller Welten. Von Platon bis Newton.

Dargestellt in der Konstitution von Anderson, in vielen maurerischen Handlungen ausgesprochen, den einen als ein unbewegliches Vademecum von den anderen mit grossem Argwohn betrachtet, der Begriff des ABaW findet keine Einstimmigkeit unter den Freimaurern. 

Man muss zuerst bedenken dass diese Formulierung ursprünglich noch nicht kanonisiert war. Sie behält nicht mehr den exklusiven  Besitz der Verwendung. Seit Platon, dem Initiator  über Cicero, Boethius, Pico della Mirandola und Galileo durchquerte sie die Jahrhunderte wie eine genealogische Analyse zeigt. Im Jahrhundert der Aufklärung hat sie hat sie in der newtonschen Physik ihre höchste Entwicklung gefunden. Für Newton sind in der Tat die Principia nicht nur Mathematica. Sie handeln in einen grossen Teil vom göttlichen Einfluss und sind von einer stark implizierten Metaphysik durchwoben was zunächst nicht so auffällt. Dieser Einfluss wird durch Voltaire durch die Metapher der Grossen Uhr popularisiert,  dies ist diejenige die den eigenen Deismus zur Ideologie dieses Jahrhunderts machte. Man denkt zu oft und immer unter dem Blickwinkel der Kritik dass die Aufklärung der Gipfel der Rationalität sei. Das ist jedoch weit entfernt von der Realität.

Es ist Desaguliers, dem treuen Schüler und Nachfolger Newtons, dem die Vaterschaft dieser Formulierung Grosser Baumeister zugeschrieben werden muss und sie in die Wiege der der gerade geborenen Maurerei legte. Die Gründe sind einfach: Es musste ein Maximum der Übereinstimmung der verschiedenen Glaubensrichtungen, mit einem Minimum des akzeptierbaren Inhaltes für alle, gefunden werden. Zwischen Katholiken, Anglikanern, Presbytern und anderen, war der Deismus die Lösung des maxima und minima Kalküls. Er wollte mit diesem grundlegenden Zement die Bais schaffen die voe den sterilen, manchmal mörderischen Debatten der rivalisierenden Glaubensrichtungen schützen.

Desaguliers hat vielleicht nie die Diachronie dieser eingeführten Formulierung durch Platon gekannt. Es hätte auch genügt Calvi zu lesen, der auch die Anspielung an den „göttlichen Baumeister“ machte.

Ο Μεγάλος Αρχιτέκτονας του Σύμπαντος. Από τον Πλάτωνα έως  τον Newton.

Παρούσα στα Συντάγματα του Άντερσον, επικαλούμενη σε μόνιμη βάση σε πολλές τεκτονικές πρακτικές, θεωρείται από κάποιους ως ένα αμετακίνητο vade-mecum, αντιμετωπίζεται δε από άλλους με μεγάλη καχυποψία, η έννοια αυτή του Μ.´.Α.´.Τ.´.Σ.´., δεν αποτελεί μία έννοια αποδεκτή μεταξύ όλων των Ελευθεροτεκτόνων.

Αρχικώς πρέπει να θεωρήσουμε ότι η έννοια αυτή δεν ήταν στις απαρχές της δημιουργίας του Ελευθεροτεκτονισμού, απέκτησε όμως στην πορεία μία έννοια «κανονικότητας». Οι Ελευθεροτέκτονες δεν κατέχουν, ούτε την αποκλειστική χρήσης αυτής. Από τον Πλάτωνα ο οποίος ήταν ο εμπνευστής, έως τους Κικέρων, Boèce, Pic de la Mirandole και τον Γαλιλαίο, αυτή η έννοια κατόρθωσε να διατηρείται ανά τους αιώνες, όπως φαίνεται από μια γενεαλογική ανάλυση. Η πιο ανεπτυγμένη έκφρασή της ανάγεται στην εποχή του Διαφωτισμού όπως αυτή συναντάται στην νευτώνεια φυσική. 

Για τον Newton, στην πραγματικότητα, τα Principia, δεν είναι μόνο Mathematica. Ενέχουν μία μορφή θείας επιρροής και υπόκεινται σε μια μεταφυσική πολύ πιο έμμεση και  υποκειμενική από ότι φαίνεται εκ πρώτης. Αυτή η επιρροή, που διαδόθηκε από τον Βολταίρο με την μεταφορική έννοια του Μεγάλου ωρολογοποιού, είναι αυτή του ντεϊσμού που χαρακτηρίζει την ιδεολογία αυτού του αιώνα. Πιστεύουμε πολύ συχνά, και πάντα υπό το πρίσμα της κριτικής, ότι  ο Διαφωτισμός είναι το υψηλότερο σημείο του ορθολογισμού. Αυτό απέχει πολύ από την πραγματικότητα.

Είναι στον Desaguliers, πιστό μαθητή και οπαδό του Νεύτωνα, που πρέπει να αποδώσουμε την πατρότητα της εισαγωγής της έννοιας του Μεγάλου Αρχιτέκτονος στη βάση του νεοδημιουργηθέντος Ελευθεροτεκτονισμού. Οι λόγοι είναι απλοί: είχε ως στόχο να βρει το σημείο όπου συγκλίνουν κατά το μέγιστο όλες οι διαφορετικές πεποιθήσεις, με την χρήση μίας ελαχίστου εκφράσεως αποδεκτής από όλους. Μεταξύ Καθολικών, Αγγλικανών, Πρεσβυτεριανών  και άλλων, ο ντεϊσμός ήταν η λύση στον υπολογισμό του maxima του minima. Αποτέλεσε το συνεκτικό υλικό της κοινωνικής βάσης, επιτρέποντας να προφυλαχθούν από στείρες διαμάχες, μερικές φορές θανατηφόρες, οι υποστηρικτές των αντίθετων  πεποιθήσεων.

Ο Desaguliers δεν έχει ίσως ποτέ γνωρίσει την διαχρονικότητα της έννοιας αυτής που ανάγεται στην εποχή του Πλάτωνος. Θα του ήταν όμως αρκετό να διαβάσει  τον Calvin, ο οποίος επίσης, κάνει μνεία στον έννοια του “Divin architecte”.

Newton’dan Platon’a Evrenin Ulu Mimarı.

Pek çok mason belgesinde belirtildiği gibi, Anderson’un yasalarında yer alan fakat bazıları tarafından kuşkuyla karşılanırken, kimileri tarafından da değiştirilemez kurallar olarak benimsenen « Evrenin Ulu Mimarı » kavramı konusunda, Masonlukta tam bir görüş birliği yoktur. 

Bu betimlemenin sadece Masonluğa özgü olmadığını ve çok daha eskiden kullanılmış olduğunu belirtmek gerekir. İlk ortaya atan Platon’dan sonra, Çiçeron, Boèce, Pic de la Mirandole hatta Galile de bu tanımlamadan yararlanmış; kavram yüzyıllar içinde gelişerek varlığını korumuştur. Aydınlanma Çağı’nda ise, Newton fiziğinin açılımında daha gelişmiş bir anlatım kazanmıştır. Newton için fizik ilkeleri sadece matematiğe dayalı değildir. Biraz da bilinmeyene hatta mistik çağrışımlara dönüktür. Evreni düzenleyen bir güç düşüncesi, kabuk değiştirerek, Voltaire’de Büyük Saatçi metaforuna dönüşmüştür. O dönemin yaygın ideolojisi olan deizm bu açılımda yeni bir ifade bulmuştur. Günümüzde, Aydınlanma Çağı’nın gerçekçilikten çok akılcılığın önde tutulduğu bir dönem niteliği taşıdığı yolunda ciddi eleştiriler vardır.

 Newton’un sıkı bir izleyicisi olan Désaguliers’nin, o dönemde şekillenen düşünsel Masonluk kavramları içinde Evrenin Ulu Mimarı tanımlamasını da yerleştirdiğini kabul etmek gerekir. Bunun temel nedeni, farklı görüş ve inançlardaki masonlar arasında ortak bir payda oluşturmak ve bu yolla karşıtlıkları uyuma dönüştürmek isteğiydi. Deizm, bir arayol olarak, değişik mezhep ve dinsel inançların birleşebildiği kavşaktı. 18. Yüzyılda ve daha sonraki dönemlerde, farklı inanç sahipleri arasında sert, hoşgörüsüz, hatta zaman zaman ölüme kadar giden sürtüşmeler olduğunu dikkate alırsak, bunun ne kadar önemli bir toplumsal çimento olduğu daha iyi anlaşılır. 

Masonluğun 19. Yüzyılda kalıplaştıracağı bu tanımlamanın köklerinin Platon’a kadar uzandığını Desaguliers büyük olasılıkla bilmiyordu ; çünkü onun önünde referans olarak alabileceği Calvin örneği vardı ; « Divin architecte » yani Kutsal Mimar.

De Opperbouwmeester van het Heelal. Van Plato tot Newton.

Voorkomend in de Constituties van Anderson, geregeld aangeroepen bij het beoefenen van vele Vrijmetselaarspraktijken, door sommigen beschouwd als een onvermijdelijk vademecum, verdacht beschouwd door anderen, draagt het begrip van O.B.d.H. geen eenstemmigheid binnen de Vrijmetselaars.

Men moet ten eerste vaststellen dat zij niet aan de oorsprong lagen van deze formulering die normatief geworden is. Zij bezitten er ook niet het alleengebruiksrecht van. Vanaf Plato die er de initiatiefnemer van was, over Cicero, Boëthius, Pic de la Mirandole en Galileo Galilei, heeft zij de eeuwen overleefd, zoals een genealogische analyse aantoont. Het is in de eeuw van de Verlichting dat zij haar meest ontwikkelde uitdrukking heeft gevonden door de newtoniaanse fysica.

Voor Newton immers zijn de “Principia” niet alleen “mathematica”. Zij bevatten een groot deel goddelijke invloed en zijn ondersteund door een onuitgesproken en onderliggende metafysica die er op het eerste gezicht niet uit blijkt. Deze invloed, bekend gemaakt door Voltaire met zijn metafoor van de Grote Horlogemaker, is die van het deïsme eigen aan de ideologie van die eeuw. Men denkt, te dikwijls vanuit de kritische hoek, dat de Verlichting het toppunt is van rationaliteit. Dit is ver van de realiteit.

Het is aan Desaguliers, trouwe leerling en volgeling van Newton, dat men het geestelijk vaderschap van het grondbeginsel van de Opperbouwmeester in de opkomende vrijmetselarij moet toeschrijven. De reden is eenvoudig: een maximum aan overeenstemming bereiken over een minimum aan inhoud, aanvaardbaar door iedereen. Tussen Katholieken, Anglicanen, Presbyterianen en nog anderen, was het deïsme de oplossing van een berekening tussen maximum en minimum. Het wou het opbouwend cement zijn voor een sociale grondslag, die de steriele debatten kon doen ophouden, soms moordend, de promotors van rivaliserende geloofsovertuigingen.

Desaguliers heeft misschien nooit de dubbelzinnigheid aangevoeld van deze notitie door Plato ingevoerd. Het zou voor hem voldoende geweest zijn Calvijn te lezen, die ook allusie maakt op de “Goddelijke Architect”.

El Gran Arquitecto del Universo. De Platón a Newton.

Presente en las Constituciones de Anderson, regularmente invocado en una buena parte de las prácticas masónicas, considerado como un vademécum inamovible por algunos, sujeto a graves sospechas, por otros, esta noción del GADU no goza de unanimidad entre los Francmasones.

No puede dejar de considerarse, de entrada, que no son, precisamente, ellos quienes se hallan en el origen de esta fórmula devenida, posteriormente, canónica. Ni siquiera tienen la propiedad exclusiva de su uso. Tras Platón, que fue el iniciador, pasando por Cicerón, Boecio, Pico de la Mirándola y Galileo, ha debido atravesar los siglos, como resulta, sin lugar a dudas, de su análisis genealógico. Es durante el siglo de las Luces cuando halla su expresión más desarrollada en la Física newtoniana. Para Newton, en efecto, los Principia no son, exclusivamente, mathematica. Contienen una buena parte de influencia divina y son sostenidos por una metafísica de tipo más implícito y subyacente que detectable a primera vista. Esta influencia, popularizada por Voltaire mediante la metáfora del Gran Relojero se corresponde con el deísmo característico de la ideología de esta centuria. Se piensa, demasiado a menudo y siempre desde el ángulo de la  crítica, que la Ilustración fue el punto culminante de la racionalidad. Esta creencia se halla lejos de la realidad.

Es a Desaguliers, fiel discípulo y continuador de Newton, a quien hay que atribuir la paternidad de la importación de este concepto del Gran Arquitecto en la cuna de la naciente masonería. Las razones son simples: obtener el máximo de consenso entre las distintas creencias a través del mínimo común posible aceptable por todas ellas. Entre católicos, anglicanos, presbiterianos y otros, el deísmo fue la solución de este cálculo de máximos y de mínimos. Se pretendía así hallar el fundamento de la base social, como una forma de ponerse a cubierto de los debates estériles, a veces asesinos, promovidos por las creencias en liza.

Desaguliers no pudo llegar a conocer la diacronía de esta noción generada por Platón. Le fue suficiente la lectura de Calvino, quien también hizo alusión al “divino arquitecto”.

 

 

 

 

 

Foreword / Avant-propos
Philippe BUSQUIN

 

Le Grand Architecte de l’Univers, De Platon à Newton
Robert LLOANCY

 

Diethelm Lavater und die Aufklärung in Zürich
Christoph MEISTER

 

Interpretación del simbolismo masónico del templo de la Sagrada Familia del arquitecto Antoni Gaudî 
Anna MIR

 

La Flûte enchantée
Pierre NABET

 

L’histoire se renouvelle
Hüseyin ÖZGEN

 

Le temps, tout simplement…
Michel POBEAU

 

Ensayo sobre la iniciación precolombina en México: los Caballeros Águila
Victor RAMIREZ IZQUERDIA

 

Étapes principales du développement de la Franc-maçonnerie en Russie et son rapport avec le constitutionnalisme
Vitaliy Yurievitch ZAKAROV

 

 

  

Foreword

The Old Continent, faced with terrorism and a migration crisis occurring at the worst possible time in a context of sluggish economic growth and negative structural trends, is beset by doubts. Europe has entered an area of uncertainty full of danger. The European Union is shattered to its foundations by Brexit and tottering. This might be a prototype of a political context in which the electorate, sometimes prey to post-truths relayed through social networks but generated by politicians, feel a surge of anxiety both contagious and unprecedented. Now, it has to be regarded as a denial of the real, of the reality of the issues, of the social and political reality, even if it would be pointless to deny the need for carefully thought-out reforms. Europe, however, should mean economic strength, democracy and still be distinguishable through this tremendous capacity of social solidarity - a consubstantial part of the noble ideals embodied in our both ambitious and generous philosophical approach: the progress of man and society. Alas, once again, we see walls being erected in countries that, after the fall of the Berlin wall in1989, were inspired by Robert Schuman’s first foundational speech, its dream and momentum. From Tallinn to Trieste, a worrying disenchantment with Europe can be observed. Europe, like a huge vessel, seems to face a growing  risk  of  drifting in a world where warmongers are legion and where we are struggling to be heard. Against this background faced with Trump’s America - the most improbable scenario for many - and with Putin’s imperial ambitions, some commentators ask the question: “Dawn or Dusk?”

In such a context, we cannot shirk a serious process of reflection, nor our moral obligation to enter the field. We cannot simply accept to witness a scenario strangely reminiscent of “Bizarre, Bizarre” [French: “Drôle de drame”] (a French comedy film directed by Marcel Carné). Neither should we invoke “the impossible”, to do nothing and simply give up. We must always “believe in the forces of the mind” [French: “croire aux forces de l’esprit”], to paraphrase a former French President. This is what Bourdieu calls the “feeling of consciousness” [French: “sentiment de conscience”], or Paul Valéry the “thinking nuclei” [French: “noyaux pensants”], that should drive us to help shape the world without respite, through our intellectual and moral commitment. We express here our willingness, not only in the writings of authors who open windows onto Europe and our “global village” by implementing over the past ten years in KILWINNING what Jean-François Mattéi calls “the duty of culture”[French: “le devoir de culture”]. But we also undertake specific actions. For an example, in 2016 in Malaga we took the risk of the hazardous initiative of an Israeli-Palestinian dialogue, as  part  of  the symposium “What peace might look like in the Middle East?” in partnership with the Supreme Council of Spain. According to everyone, the quality of that meeting exceeded our expectations, even if we have to be realistic: we did not change the whole face of the world. Regarding our international seminar, in November 2016 in Bourges, on “Secularism – Laïcité”, we could scarcely have imagined when we took that initiative, how it would resonate with the political events in Turkey after July 15th. The publication of the proceedings planned during this year will allow us to measure the gravity of the issue.

The year 2017 marks the twentieth anniversary of the founding of the European Scottish Rite Research Society. We could do no less than relentlessly pursue the work initiated in 2015 on the shores of Lake Geneva in order” to bring together those who would have otherwise been forever separated”, driven by the same desire of excellence pushing the boundaries ever higher, ever further. The symposium “The Levant and its Masonic share” to be held under our auspices on April 27th in Lebanon with the strong support of the Supreme Council of the Grand Lodge of the Cedars, will be renewed and remarkable evidence of our momentum. I want to thank all our members and authors for their strong, faithful and unfailing support which represents so much encouragement to take a step forward towards transhumanism.

Philippe BUSQUIN
Chairman of the EU.SRRS aisbl
Member of the Royal Academy of Sciences, Letters and Fine arts of Belgium

Avant-propos

Le Vieux Continent confronté au terrorisme, à une crise migratoire arrivant au plus mauvais moment sur fond de faible croissance et de tendances structurelles négatives, est pris de doutes. L’Europe est entrée dans une zone d’incertitude et de tous les dangers. Le BREXIT ébranle et fait vaciller l’Union Européenne. Il pourrait être cité ici comme le prototype d’un contexte politique dans lequel l’électorat, parfois victime des « post-vérités » véhiculées par les réseaux sociaux mais générées par des hommes politiques, est saisi d’une angoisse identitaire aussi contagieuse qu’inédite. Or, il s’agit bien ici d’un déni du réel, de la réalité des enjeux, de la réalité sociale et politique même s’il serait vain de nier les réformes nécessaires. L’Europe devrait pourtant rimer avec puissance économique, avec démocratie et continuer de se distinguer par cette formidable capacité de solidarité sociale faisant partie consubstantielle de la noblesse des idéaux portés par notre démarche philosophique aussi ambitieuse que généreuse : le progrès de l’Homme et de la société. Las, nous voyons s’ériger à nouveau des murs  dans les pays qui, après 1989 et la chute du mur de Berlin, étaient portés par l’élan et le rêve du discours fondateur de Robert Schuman. Nous constatons de Tallin à Trieste un désamour préoccupant à l’égard de l’Europe. L’énorme vaisseau Europe semble être menacé de dérive dans un monde où les fauteurs de guerre sont légions et où notre voix peine à se faire entendre. Sur cet arrière-plan  face à l’Amérique de Donald Trump, scénario que d’aucuns avaient jugé comme le plus improbable, et à l’affirmation de prétentions impérialistes de Vladimir Poutine, certains commentateurs en arrivent à poser la question : « Aurore ou crépuscule ? » 

Dans un tel contexte, nous ne pouvons nous dérober à l’effort de la réflexion ni à notre obligation morale à investir le champ. Nous ne pouvons nous résigner à assister à un scénario rappelant étrangement le fameux « Drôle de drame » de de Marcel Carné. Nous ne pouvons invoquer non plus « l’impossible » pour ne rien faire et nous résigner. Notre obligation restera toujours de « croire aux forces de l’esprit », pour reprendre à notre compte le propos d’un président français. C’est ce que Bourdieu appelle le « sentiment de conscience », ou Paul Valéry les « noyaux pensants », qui doivent nous animer pour contribuer à façonner sans relâche le monde par notre engagement intellectuel et moral. Nous traduisons ici cette volonté, non seulement par les écrits d’auteurs qui nous ouvrent des fenêtres sur l’Europe et notre « village planétaire », en mettant en œuvre depuis dix ans dans les colonnes de KILWINNING ce que Jean-François Mattéi appelle « le devoir de culture ». Nous le faisons aussi en posant des actes. C’est ce que nous avons osé, en mai 2016 à Malaga, en prenant l’initiative risquée d’un dialogue  palestino- israélien dans le cadre  du  colloque « Quelle paix au Proche-Orient ? » en partenariat avec le Suprême Conseil d’Espagne. De l’avis de chacun, la qualité de cette rencontre a dépassé toutes les attentes, même si nous devons au réalisme de ne pas avoir changé la face du monde. Quant à notre séminaire international, en novembre 2016 à Bourges, sur le thème « sécularisme – laïcité », nous ne pouvions imaginer lorsque nous en avons pris l’initiative, combien il serait en résonnance avec l’actualité en Turquie de l’après 15 juillet. La publication des actes dans le courant de cette année permettra de mesurer la gravité du sujet.

L’année 2017 marque le dixième anniversaire de la création de la Société Européenne d’Études et de Recherches Écossaises. Nous ne pouvions faire moins que de poursuivre sans relâche l’œuvre entreprise dès 2015 sur les rives du lac Léman pour « réunir ce qui est épars » avec une ambition d’excellence repoussant les limites toujours plus loin, toujours plus haut. Le colloque   « L’Orient et sa part de Franc-maçonnerie » qui aura lieu sous notre égide, le 27 avril, au Liban avec le puissant soutien du Suprême Conseil de la Grande Loge des Cèdres, constituera un nouveau et remarquable témoignage de notre élan. Je remercie tous nos adhérents et auteurs de nous aider à le porter avec une fidélité et une vigueur qui ne faiblissent pas et constituent autant d’encouragements à poursuivre dans la voie  du transhumanisme.

Philippe BUSQUIN
Président de S.EU.RE aisbl
Membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique

Le Grand Architecte de l’Univers. De Platon à Newton.

Robert LLOANCY

Robert Lloancy est retraité de l’Éducation nationale. Après des études de philosophie à l’université de Toulouse, il a enseigné cette discipline en Tunisie puis en France. Il est l’auteur de deux ouvrages : La notion de sacré, aperçu critique (2008) et James Cook et le tabou, origine d’une notion (2015), tous deux publiés aux Éditions l’Harmattan.

Cette expression, consacrée par l’usage, forme un tout. Au fil de l’histoire, elle s’est constituée en notion. Celle-ci n’est rien d’autre, et ne peut être autre chose que le Dieu créateur de l’univers. Prétendre que l’on peut mettre sous cette dénomination, à notre guise, ce que l’on veut, c’est faire fi de sa signification propre. L’expression Grand Architecte De L’Univers (G\A\D\L\U\) fut utilisée dans la Franc-maçonnerie, dès son origine, au début du XVIIIe siècle. Sous cette forme “canonique” elle est présente dans Les Constitutions d’Anderson, texte considéré comme fondateur de la Franc-maçonnerie des modernes, daté de 1723 : “Adam, notre premier ancêtre, créé à l’image de Dieu, le Grand Architecte de l’Univers[1] …” (p. 83). On le voit, l’assimilation du Grand Architecte à Dieu est très explicite.

Néanmoins, il n’est pas avéré qu’Anderson soit l’inventeur de cette expression présente dans les Constitutions connues sous son patronyme. Celles-ci, non plus, ne sont peut-être pas d’Anderson, du moins en totalité. En 1723, lors de leur publication, ce ministre de l’Église presbytérienne était alors le secrétaire élu de sa loge de Londres. C’est à ce titre que son nom a été donné à ce texte. Pour ce qui est du texte lui-même et des idées exprimées dans ces Constitutions d’Anderson, il serait bien plus opportun de se tourner vers un personnage d’une tout autre stature dans l’histoire des idées : John-Theophilus Desaguliers.

 

 

DESAGULIERS (La Rochelle 1683- Londres 1744)

 

Le Grand Larousse Encyclopédique présente Desaguliers en tant que physicien français. C’est aller très vite en besogne. Une telle désignation équivaut à une usurpation[2]. Il est bien né à La Rochelle, où son père faisait office de pasteur calviniste (précisément à Aytré), mais celui-ci quitta cette ville, peu avant la révocation de l’Édit de Nantes (1685). Il se réfugia, dans un premier temps, à Guernesey. Le petit Jean-Théophile devait être âgé de moins de deux ans. En 1693, la famille se transporta à Londres, où le père reprit l’office de pasteur. De l’âge de deux ans, en mettant les pieds sur le sol anglais, jusqu’à sa mort en 1744, Desaguliers se voudra toujours exclusivement anglais.

Après de solides études, devenu John-Theophilus, il entre à l’université d’Oxford où il est reçu bachelier ès arts en 1709, puis maître ès arts en 1712. C’est alors qu’il commence à montrer son intérêt pour la physique de Newton dont il devient un fidèle disciple. Ce dernier, alors président de la Royal Society de Londres, l’introduit comme membre de cette société de savants, en 1714. Desaguliers y occupera même un temps la fonction de secrétaire. Parallèlement à cette activité scientifique, il intègre l’Église anglicane. Diacre en 1710, il sera ordonné prêtre en 1717. La même année, il initie un cours de physique expérimentale qu’il poursuivra tout au long de sa vie. Il publiera les résultats, dans un premier volume, en 1734, suivi d’un deuxième, l’année de sa mort, en 1744. Traduits en français[3], ces ouvrages contribueront à asseoir la physique newtonienne en France. Ainsi, souvent cité dans l’histoire des sciences, Desaguliers n’est pas un inconnu. Quant au pasteur presbytérien Anderson, hormis son nom attaché indirectement aux Constitutions, comme souligné précédemment, il n’a rien laissé dans l’histoire et l’a traversée comme une ombre.

Desaguliers, conjointement à une remarquable activité scientifique, va jouer un rôle considérable dans la naissance et le développement, à l’aube du XVIIIe siècle, de la Franc-maçonnerie anglaise. Là encore, son importance est bien plus reconnue que celle d’Anderson. Il avait été initié probablement en 1717. Dès 1719 il est élu Grand Maître de la Grande Loge de Londres, office qu’il conservera quelques années. Par la suite, cette charge reviendra de droit à des membres de la haute noblesse britannique (tel le duc de Montagu) qui, bien qu’initiés régulièrement, l’exerceront de façon honorifique. Le réel pouvoir sera confié à un Député Grand Maître. Or, en 1717, année de la promulgation des Constitutions des francs-maçons, ce rôle était dévolu à Desaguliers. Tout passait par lui, en premier lieu cet écrit majeur, lequel, n’en doutons pas, a dû retenir toute sa vigilante attention. En fut-il l’auteur, dans quelle mesure contribua-t-il à sa rédaction ? Sur ce point précis, l’on est réduit aux conjectures.

Toutefois, quatre ans après le texte vénérable des Constitutions dites d’Anderson, en 1727, dans une œuvre assez courte, Le Système newtonien du Monde[4], Desaguliers écrit : les lois établies par le Sage et Tout-puissant Architecte de l’Univers” (The Allwise and Almightly Architect of the Universe) (texte de dédicace, p. 193). Plus loin, il répète cette expression, sous la forme abrégée, lorsqu’il évoque “Les lois inaltérées du Tout-Puissant Architecte” (The Almightly Architect, p. 208).

Nous le verrons par la suite, dans les Constitutions, la notion du Grand Architecte provient, par l’entremise de Desaguliers, de l’entourage immédiat de Newton. Mieux encore, on constatera qu’il y a comme une sorte d’osmose entre la Royal Society, alors tout acquise aux idées de Newton, et la confrérie des francs-maçons de la Grande Loge de Londres[5].

À ce point de notre recherche, il est à propos, selon le procédé de l’analyse généalogique, de remonter dans le passé. Nous constaterons alors que la mention Grand Architecte De L’Univers a eu de nombreux antécédents.

 

 

LEIBNIZ (1646-1716)

 

Précédant de quelques décennies le texte de Desaguliers, on trouve chez Leibniz une expression équivalente quant au sens, mais différente par la forme. Elle est énoncée sous forme d’adage : “Dum Deus calculat, fit mundus”, “Pendant que Dieu calcule, il crée le monde”. Les Essais de Théodicée explicitent cette notion du Dieu calculateur qui a créé le monde en suivant un modèle mathématique. Reprenant l’intuition des disciples de Pythagore, le philosophe de Hanovre tente de démontrer que ce modèle se trouve au fondement de l’univers. Cette conception était aussi celle de Galilée.

On trouve d’ailleurs, chez ce dernier, de façon explicite, la métaphore de l’architecte dans l’ouvrage Dialogues sur les deux principaux systèmes du Monde de 1632. Cet écrit lui vaudra les foudres vaticanes et sera le motif principal de sa condamnation par la “Sainte” Inquisition. Voici comment s’exprime le Florentin : “Figurons-nous que, parmi les intentions du Divin Architecte se trouvait celle de créer dans le monde ces globes que nous voyons tourner continuellement en rond [6]…”.

Pour Leibniz, c’est ce modèle mathématique qui a été suivi par Dieu lors de la création du monde. Retrouver ce modèle, c’est rétablir le plan divin. Tel doit être le travail constant et le but ultime de la science. Cette conception ne pouvait que déboucher sur l’idée d’un créateur assimilé à un divin architecte. Dès lors, celle-ci sera présente dans nombre d’œuvres de Leibniz[7]. On la retrouve dans les Essais de Théodicée, “Dieu, formant le dessein de créer le monde... est comme un grand architecte qui se propose pour but la satisfaction ou la gloire d’avoir bâti un beau palais…” (1ère partie, § 78). Elle apparaît également, à trois reprises, dans La Monadologie : “Dieu considéré comme architecte de la machine de l’univers…” (§ 87), “Dieu comme architecte contente en tout Dieu comme législateur” (§ 89), “Si nous sommes attachés à l’auteur du tout, non seulement comme à l’architecte et à la cause efficiente de notre être…” (§ 90). Enfin, cette même formule se retrouve, cette fois-ci sous sa forme canonique, dans les Nouveaux Essais sur l’Entendement Humain : “Cela paraît par les changements que les hommes ont faits, pour embellir la surface de la terre, comme de petits dieux qui imitent le grand architecte de l’univers.” (Liv. IV, Ch. III, §27).

 

 

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

 

Si on remonte quelque peu le temps, on trouve une expression à peu près identique chez Pic de la Mirandole[8] : “Dieu le père, architecte souverain, avait forgé selon les lois de sa sagesse impénétrable l’auguste temple de sa divinité…” (De la Dignité de l’homme, p. 5). Plus loin dans le texte, parlant de Dieu, il l’appelle “Le parfait artisan…” (Ibid.). Or, Pic de la Mirandole connaissait parfaitement Platon. C’est donc là, sans doute, qu’il nous faudra chercher l’origine de la formulation relative au Grand Architecte.

Toutefois, avant de nous intéresser à Platon, tournons-nous brièvement vers un penseur du haut Moyen Âge, Boèce qui, dans La Consolation de la Philosophie, écrivait : “Que dans tout ce vaste univers, l’Architecte de la Nature a formé d’animaux divers et de différentes figures !” (Livre II, Poésie V). Par ailleurs, ce fin connaisseur de Platon qu’était Cicéron, dans son ouvrage De Natura Deorum, La Nature des dieux, dit fort explicitement : “Si des philosophes avaient été d’abord surpris à l’aspect de l’univers, ils ont dû, après en avoir bien considéré les mouvements réguliers, uniformes, immuables, concevoir... qu’il y avait un maître, un gouverneur, qui était comme l’architecte (architectum) de ce vaste et admirable ouvrage” (II, § 35).

À présent, ayant remonté le phylum sémantique de notre expression à travers l’histoire, il est temps d’aborder celui qui, sans doute, en est l’initiateur direct.

 

 

PLATON

 

Tous ces penseurs, en mentionnant le Grand Architecte de L’Univers, ne faisaient que reprendre et commenter une inspiration platonicienne, largement exposée dans le Timée. Quelques brèves citations vont éclairer cela. “Ce qu’il faut examiner, au sujet de l’Univers, d’après lequel des deux modèles son architecte l’a-t-il réalisé ?” (Timée, 28 c). Ailleurs, Platon utilise un terme propre au travail de l’architecte : “… c’est à l’univers que le Dieu fit application pour en dessiner l’épure” (Timée, 55 c). Ou bien encore : “L’ouvrier du plus beau et du meilleur des ouvrages” (Timée, 68 c).

Pour Platon, l’évocation de cet architecte-démiurge lui donne l’occasion de préciser sa conception de la création du monde. Celle-ci, en effet, résulte du passage du désordre à l’ordre, du Chaos au Cosmos, par l’intentionnalité manifeste d’un “agenceur”. Il précise même qu’il s’agit “d’un cosmos véritable” (Timée, 40 a). Le mot cosmos avait, pour signification initiale, l’idée d’ordre, surtout de bon ordre, de convenance, en particulier dans la construction ; c’est aussi l’idée de bienséance, de discipline dans l’organisation. Le cosmos, c’est donc, à la fois, l’ordre, la beauté et l’harmonie en une étroite liaison. Poursuivons :

 

“Il voulut, en effet, le Dieu, que toutes choses fussent bonnes, et qu’il n’y eut rien de vil, dans la mesure du possible ; ainsi donc, tout ce qu’il y avait de visible, il le prit en mains ; cela n’était pas en repos, mais se remuait sans concert et sans ordre ; de ce désordre, il l’amena à l’ordre, ayant estimé que celui-ci vaut infiniment mieux que celui-là… Ayant calculé donc, il trouva… En vertu donc de ce calcul… il construisit l’Univers de manière à réaliser ce qu’il peut y avoir dans la nature de plus beau et de plus excellent comme ouvrage.” (Timée, 30 a-b).

 

Trois idées maîtresses se dégagent de ce dernier texte. D’abord, l’intentionnalité exprimant une volonté, “Il voulut”. Ensuite, l’idée d’un “calcul” soulignant le fait que la rationalité n’est pas absente de ce processus intentionnel. Notons ici l’influence de Pythagore. Enfin, est présente l’idée d’une finalité implicite reposant sur la considération du “meilleur”, de ce qui “vaut infiniment mieux”, afin d’obtenir ce “qu’il y a de plus beau et de plus excellent”. En somme, il faut que tout soit simultanément “bon”, “beau” et “en ordre”. Ces trois idées, en se combinant, font passer ce qui aurait pu manifester une imperfection à un stade de perfection, le mouvement à la stabilité et le désordre à l’ordre. L’adage Ordo ab Chao, trouve ici sa pleine signification métaphysique.

Après cette remontée généalogique offrant une perspective diachronique, il est temps de redescendre à l’époque de Desaguliers et, à travers lui, à Newton.

 

 

ISAAC NEWTON (1642-1727)

 

L’ouvrage majeur de Newton, Principia mathematica philosophiæ naturalis a été publié en 1687. Du vivant de son auteur, cette œuvre-clé de la physique moderne connut deux autres éditions présentant beaucoup de modifications, d’abord en 1714, puis, précédant d’un an la mort du savant, en 1726. C’est dans cette dernière que Newton mentionne le nom de son disciple choisi, dans l’exposé de l’expérience 14, par ces mots “Au mois de juillet 1719, le docteur Desaguliers recommença ces expériences…” (p. 269)[9].

En ce qui concerne la notion du Grand Architecte, chez Newton, l’allusion directe se trouve dans les trois dernières pages de l’ouvrage (p. 410-413 de la traduction). Relisons ce texte qui clôt le livre III, Du système du monde. Là, Newton se livre à un exposé détaillé de ses conceptions cosmologiques. Il y est question des planètes, de leurs révolutions respectives autour du Soleil, de leurs satellites, mais aussi des comètes. En guise de conclusion, ayant en quelque sorte achevé son tour d’horizon, de façon inattendue, il fait intervenir Dieu :

 

“Cet admirable arrangement du Soleil, des planètes et des comètes ne peut être que l’ouvrage d’un être tout-puissant et intelligent. Et si chaque étoile fixe est le centre d’un système semblable au nôtre, il est certain que tout portant l’empreinte d’un même dessein, tout doit être fourni à un seul et même Être.” (p. 410)

 

Ainsi, pour Newton, aucun doute possible, “l’admirable arrangement” du cosmos représente “l’ouvrage d’un Être tout-puissant et intelligent”. C’est lui qui a eu le “dessein” de faire en sorte, par une finalité supra-mondaine, d’organiser le mécanisme de l’univers. Il s’agit donc bien de l’ouvrage d’un Architecte ou d’un ingénieur omniscient et omnipotent.

Ainsi, pour Newton, Dieu est à la fois cause formelle, cause efficiente et cause finale du tout de l’univers. Il est la Cause de toutes les causes. Mais la Cause qu’ “Il” incarne est extérieure au monde. Elle transcende tout à la fois l’espace et le temps et, bien sûr, toute la matière qu’il amène à l’existence par un acte créateur. Cette conception newtonienne de la nature de la divinité est déterminante pour définir la notion du Grand Architecte de L’Univers. Il s’agit bien d’un Dieu créateur, transcendant et non immanent, souverain suprême, supérieur et extérieur à sa création. C’est ainsi que l’avait bien compris Desaguliers et, à sa suite, le rédacteur des Constitutions d’Anderson. Elle est constitutive du déisme des Lumières.

 

 

CONCLUSION

 

L’expression Grand Architecte de L’Univers s’enracine fort loin dans l’histoire. Néanmoins, il semble acquis que Platon, avec la notion de démiurge, en fut le promoteur. Après lui, elle acquerra la forme canonique que nous lui connaissons. Toutefois, c’est au XVIIIe siècle, au début des Lumières, dans le cercle de la Franc-maçonnerie naissante, qu’elle obtiendra ses lettres de noblesse. À première vue, il semble y avoir là une contradiction. En effet, comment concilier le projet des Lumières et l’invocation d’un Grand Architecte ? Celles-là visent l’affirmation de l’autonomie de la pensée de l’Homme et sa capacité à atteindre l’universel, sans se soumettre à une puissance autre que celle de son esprit et, pour cela, de se libérer de toute transcendance tutélaire. Il est vrai qu’à l’époque, l’affirmation des Lumières pouvait, sans déroger, convoler avec l’expression d’un déisme littéral. C’est ce que Burgelin, commentateur de Leibniz, a bien mis en lumière[10] :

 

“Cette image de l’architecte est fréquemment utilisée par Leibniz et sous divers aspects… est souvent présente à l’esprit des contemporains. C’est en 1717 que, sous l’influence du newtonien Désaguliers (sic !), naîtra la maçonnerie spéculative avec la Grande Loge d’Angleterre ; elle héritera de la maçonnerie opérative l’idée du Grand Architecte et lui assurera le succès que l’on connaît.” (p. 118)

En outre, chez Newton surtout, le projet des Lumières s’accorde avec une prééminence de l’alchimie. Pour lui, ces deux domaines, loin d’être exclusifs, sont réellement dans la complémentarité. C’est aussi dans le creuset de cet amalgame que se situe le berceau de la Franc-maçonnerie anglaise. L’alchimie, il est vrai, avait comme ambitieux projet de faire de l’homme un être rectifié, sublimé, apte à devenir le citoyen d’une cité vertueuse projetée dans l’idéal, à l’image de la Jérusalem céleste. Ce rêve d’une “humanité meilleure et plus éclairée”, ce fut aussi celui de la Franc-maçonnerie à son origine et perdure de nos jours.

Reste une question principielle : Y a-t-il un grand architecte dans l’univers ? Cette interrogation reprend le titre de l’ouvrage de Stephen Hawking[11]. Notons qu’à l’université de Cambridge, l’auteur occupe la chaire qui fut jadis celle de Newton. À la question précédente, voici la réponse de son éminent successeur :

 

“Il n’y a pas de place pour les dieux et les démons dans le cours de l’Univers (p. 207)… Parce qu’une loi comme la gravitation existe, l’Univers peut se créer et se créera spontanément à partir de rien… La création spontanée est la raison pour laquelle il existe quelque chose plutôt que rien, pourquoi l’Univers existe, pourquoi nous existons. Il n’est nul besoin d’invoquer Dieu pour qu’il allume la mèche et fasse naître l’Univers.” (p. 219)

 

Par ces quelques mots tirés de la conclusion du susdit ouvrage, on mesure le grand pas effectué et la distance épistémologique franchie, depuis plus de trois cents ans, depuis l’époque des Leibniz et des Newton. Ce pas, ce pas immense, n’est-il rien d’autre que celui que la Franc-maçonnerie, depuis Desaguliers, a pour mission d’accomplir si elle veut rester fidèle à sa mission : promouvoir l’humanité dans l’homme ? Mais alors, croit-on, de bonne foi, que l’invocation réitérée envers un supposé Architecte de l’Univers puisse lui être de quelque utilité dans l’accomplissement de son œuvre ?

 

 

*

*   *

 

 

Éléments bibliographiques

 

Boutin (Pierre), Jean-Théophile Desaguliers, un Huguenot, philosophe et juriste, en politique, Paris, Honoré Champion, 1999, 249 p.

Burgelin (Pierre), Commentaire du discours de métaphysique de Leibniz, Paris, Presses Universitaires de France, 1959, 320 p.

Désaguliers (Jean-Théophile), Cours de Physique expérimentale, Paris, Rollin & Jambert, 2 vol., 1751, 496p., 636 p.

Hawking (Stephen) & Mlodinov (Leonard), Y a-t-il un grand architecte dans l’univers ?,  Paris, Odile Jacob, 2011, 329 p.

Kyoré (Alexandre), Études newtoniennes, Paris, Gallimard, 1968, 357 p.

Leibniz (Gottfried Wilhelm), Œuvres, Paris, Charpentier, 1842, T. I, lv, 492 p. ; T. II, xxiv, 495 p.

Ligou  (Daniel), Constitutions d’Anderson, Paris, Edimaf, 1995, 282 p.

Newton (Isaac), Principia. Principes mathématiques de la philosophie naturelle, Trad. marquise du Châtelet, préface de Voltaire, Paris, Dunod, 2011, xxv et 626 p.

Pic de la Mirandole (Jean), Œuvres philosophiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1993, 355 p.

Platon, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1950, T.II, 1671 p.



[1] Ligou (1995).

[2] Ce dictionnaire n’est pas seul à tomber dans ce travers. Nombre d’historiens des sciences s’entêtent à vouloir annexer Desaguliers au domaine français. Ainsi, à deux reprises, L’Histoire des Sciences de la Pléiade en fournit un exemple frappant, d’abord, dans un texte du directeur de l’ouvrage, Maurice Daumas : “le physicien français Desaguliers qui vivait en Angleterre depuis la révocation de l’Édit de Nantes” (p. 118), ensuite, dans l’index, à l’entrée Desaguliers : “physicien et mathématicien français, établi en Angleterre” (p. 1787).

[3] Désaguliers (1751).

[4] Boutin (1999).

[5] Ibid.

[6] Koyré (1968) p. 255.

[7] Voir Leibniz (1842)

[8] Pic de la Mirandole (1993).

[9] Les citations des Principia proviennent de la traduction, par la marquise du Châtelet, en 1756, selon la dernière édition de 1726. Voir : Newton (2011).

[10] Burgelin (1959).

[11] Hawking & Mlodinov (2011). 

 

 

 Sponsoring board / Comité de parrainage

 

Roger Dachez,
Chairman of the Masonic Institute of France.
Président de l’Institut Maçonnique de France.

 

Luis Martin,
Professor for Spanish civilization. University of Pau.
Professeur de civilisation espagnole, Université de Pau.

 

Pierre Mollier,
Head of the Archives Department and of the Library of the Grand Orient de France.
Directeur des Archives et de la Bibliothèque du Grand Orient de France.

 

Andreas Önnerfors,
Former Head of the Centre for Resarch into Masonry. University of Sheffield.
Ancien Directeur du Centre de Recherche en Franc-Maçonnerie, Université de Sheffield.

 

Cécile Révauger,
University Professor. University « Michel de Montaigne ». Bordeaux.
Professeur à l’Université Michel-de-Montaigne, Bordeaux III.

 

Jeffrey Tyssens,
Head of the Interdisciplinary Research Centre into Masonry (FREE) V.U.B. Brussels.
Directeur du Centre Interdisciplinaire de Recherche maçonnique, Vrije Universiteit Brussel.

Questo sito utilizza i cookies per migliorare servizi ed esperienza dei lettori.
Se decidi di continuare la navigazione consideriamo che accetti il loro uso.
Per ulteriori informazioni sui cookies e su come eventualmente disattivarli, clicca qui.