Stampa
Visite: 1155

Discorso di apertura.

In apertura del terzo simposio internazionale organizzato dalla S.EU.RE a Bourges, sabato 26 novembre 2016, il Presidente di S.EU.RE-FRANCIA, Alain de Keghel, ha presentato i relatori, Jürgen Wertheimer (Germania), Ercüment Erdem (Turchia), Joan-Francesc Pont-Clemente (Spagna) e Jean Delfaud (Francia), ringraziandoli per avere accettato l’invito a contribuire a uno scambio di opinioni sul tema “secolarismo / laicità” con l’ambizione comune di portare ognuno “il proprio contributo alla necessaria azione di controllo e recupero degli spazi di libertà, oggi a rischio di regresso”.

 

L’Europa al bivio fra secolarismo e rinnovamento del religioso.

Jürgen Wertheimer attinge nella letteratura francese e tedesca – da Racine a Diderot, da Voltaire e Rousseau fino a Lessing e al suo famoso “Nathan il saggio” – per esporne le virtù. Mette in guardia contro le minacce che oggi pesano sul secolarismo in Germania, ma più in generale sugli spazi di pensiero che si sono liberati in un’Europa ormai soggetta a un “neoclericalismo” esogeno, finalizzato a rimettere in discussione i progressi dei Lumi. Un’Europa fredda che fatica a trovare giuste risposte alle nuove problematiche e sfide poste al secolarismo dalle ondate di migrazione legate ai conflitti regionali in Medio Oriente, ma anche all’indigenza umana provocata in Africa dai focolai regionali di guerra. A questo proposito, la gestione politica appare all’autore pericolosamente deficitaria. Egli constata un ritorno verso le religioni in molti paesi dell’Unione Europea e prende ad esempio la Germania e il suo potente vicino, la Russia di Putin, l’agnostico calcolatore, per denunciare gli effetti che produce il concetto di religione di Stato. Gli approcci e le norme minacciano gli spazi di libertà. L’eredità dei Lumi sembra dunque in pericolo. Secondo lui, solo la letteratura insegna l’arte di prendere le cose sul serio e nello stesso tempo a mettersi in gioco. Non è più il tempo dei filosofi maestri del dogma, ma della letteratura, stimolo intellettuale, che lascia ampi spazi alla visione del singolo individuo.

 

 

Opening remarks.

At the opening of the third Bourges symposium organized by S.EU.RE, on Saturday November 26th 2016, the President of S.EU.RE FRANCE, Alain de Keghel, introduced the speakers, Jürgen Wertheimer (Germany), Ercüment Erdem (Turkey), Joan-Francesc Pont-Clemente (Spain) and Jean Delfaud (France) and conveyed his thanks to them for having accepted to participate in stimulating cross-reflection on the theme “secularism/French laicism” in support of an ambition shared by both: “playing one’s own necessary part in order to step back from the brink and navigate the areas of freedom threatened by a backlash”.

Europe at a crossroads
Between secularism and religious revivalism

Jürgen Wertheimer draws on French and German literature – from Racine to Diderot, Voltaire and Rousseau, to Lessing and his famous “Nathan the Wise” – so as to expound their virtues. He cautions against the threats facing secularism in Germany, but more broadly, against spaces of liberated speech and thought, in a Europe threatened by an exogenous neo-clericalism craving to call into question the advances of the Age of Enlightenment. A fearful Europe struggling to come up with appropriate responses to new issues and challenges posed to secularism by the waves of migration linked to regional conflicts in the Middle-East, but also to the human distress resulting from regional hotbeds of war in Africa. In this respect, he finds the present political management to be dangerously deficient. He takes into account the religious revival in a good many European Union countries and, taking the example of Germany and its powerful neighbour, the Russia under Mr Putin - the scheming agnostic character, he highlights the disastrous effects of the notion of a State religion. ”Formatting” and “norming” threaten the areas of freedom. So, the universal legacy of the Enlightenment is in jeopardy anyway. The author thinks that only literature teaches the art of taking things seriously and, at the same time, paying no heed to them. For him, it is no longer the time for philosophers, the masters of dogma, but for literature, an intellectual stimulus, leaving everything open to the clear-sighted individual.

Introduction.

En ouverture du  troisième colloque international organisé par la S.EU.RE à Bourges, le samedi 26 novembre 2016, le Président de S.EU.RE FRANCE, Alain de Keghel, a présenté les intervenants, Jürgen Wertheimer (Allemagne), Ercüment Erdem (Turquie), Joan-Francesc Pont-Clemente (Espagne) et Jean Delfaud (France) en les remerciant d’avoir accepté l’invitation à contribuer à une réflexion croisée sur le thème « sécularisme/laïcité » avec l’ambition partagée d’apporter chacun « sa part au nécessaire ressaisissement pour apprivoiser des espaces de liberté menacés par un ressac ».

L’Europe à la croisée des chemins
Entre sécularisme et renouveau du religieux

Jürgen Wertheimer puise dans la littérature française et allemande – de Racine à Diderot, Voltaire et Rousseau, jusqu’à Lessing avec son fameux « Nathan le Sage » – pour en exposer les vertus. Il met en garde contre les menaces qui pèsent aujourd’hui sur le  sécularisme en Allemagne mais plus généralement sur les espaces de pensée libérée dans une Europe désormais guettée par un « néo-cléricalisme » exogène aspirant à remettre en cause les avancées des Lumières. Une Europe frileuse qui peine à trouver de justes réponses aux nouveaux enjeux et défis posés au sécularisme par les vagues de migration liées aux conflits régionaux au Moyen Orient mais aussi à la détresse humaine consécutive des foyers régionaux de guerre en Afrique. La gestion politique lui apparaît à cet égard dangereusement déficitaire. Il établit le constat d’un retour des religions dans nombre de pays de l’Union européenne et prend l’exemple de l’Allemagne et de son puissant voisin, la Russie de Poutine, l’agnostique calculateur, pour dénoncer les effets qu’induit le concept de religion d’État. Les formatages et les normes menacent les espaces de liberté. L’héritage des Lumières paraît donc en péril. Selon lui, seule la littérature enseigne l’art de prendre les choses au sérieux et en même temps de s’en jouer. L’heure n’est plus, pour lui, aux philosophes maîtres du dogme, mais à la littérature, stimulus intellectuel,  laissant toute sa place à l’individu  clairvoyant.

Einführung.

Bei der Eröffnung des dritten internationalen Kollogs von S.EU.RE am Samstag den  26. November 2016 in Bourges stellte der Präsident von S.EU.RE Frankreich, Alain de Keghel, die Referenten Jürgen Wertheimer (Deutschland), Ercüment Erdem (Türkei), Joan-Francesc Pont-Clemente (Spanien) und Jean Delfaud (Frankreich) vor. Er bedankte sich bei ihnen, dass sie der Einladung gefolgt sind und einen Beitrag zum Thema „Säkularisierung/Laizismus“ leisten. 

Die Überlegungen eines jeden haben das ehrgeizige Ziel, die von der Brandung bedrohten Räume der Freiheit wieder zu gewinnen.

Europa an der Wegkreuzung
zwischen Säkularismus und einer Erneuerung des Religiösen

Jürgen Wertheimer schöpft aus der französischen und deutschen Literatur – von Racine bis Diderots, Voltaires und Rousseaus bis zu Lessing mit seinem berühmten “Nathan, dem Weisen” – um die  Tugenden darzustellen. Er warnt vor der heutigen Bedrohung des Säkularismus in Deutschland, die  jedoch allgemeiner auch auf die Räume des freien Denkens in Europa liegt. Künftig durch einen “Neo-Klerikalismus“ belauert, stellt ein exogener Aspirant den Fortschritt der Aufklärung in Frage. Ein fröstelndes Europa welches mühsam die richtigen Antworten auf die neuen Einsätze und gestellte Herausforderungen auf den Säkularismus zu finden, welche durch die Welle der Migranten kamen. Diese sind die Folge von regionalen Konflikten im Mittleren Osten, aber auch durch die andauernden regionalen Kriege in Afrika ausgelösten menschlichen Nöte. Die politische Verwaltung  erscheint aus dieser Sicht gefährlich defizitär. Sie stellt die Rückkehr der Religionen in einer Anzahl von Ländern der europäischen Union fest und nimmt das Beispiel von Deutschland und seinem mächtigen Nachbarn, Putins Russland, die kalkulierte Agnostik, um die Auswirkungen aufzuzeigen, die das Konzept der Staatsreligion induziert.

Die Formatierungen und Normen bedrohen die Räume der Freiheit. Das Erbe der Aufklärung scheint deshalb in Gefahr. Allein die Literatur lehrt die Kunst die Sachen ernst zu nehmen  und gleichzeitig damit zu spielen. Es ist nicht mehr die Stunde des dogmatischen Meisterphilosophen, sondern an der Literatur als intellektuellem Stimulus, dem aufgeklärten Individuum seinen Platz zu lassen.

Πρόλογος.

Κατά την έναρξη του 3ου διεθνούς συνεδρίου που διοργανώθηκε από το S.EU.RE στην Bourges, το Σάββατο 26 Νοεμβρίου 2016, ο Πρόεδρος της S.EU.RE  Γαλλίας, Alain de Keghel, παρουσίασε τους ομιλητές, Jürgen Wertheimer (Γερμανία), Ercüment Erdem (Τουρκία), Joan-Francesc Pont Clemente (Ισπανία) και Jean Delfaud (Γαλλία) τους ευχαρίστησε για την αποδοχή της πρόσκλησης προκειμένου να συμβάλλουν στο θέμα προβληματισμού του συνεδρίου : «εκκοσμίκευση / laïcité», με την κοινή φιλοδοξία, ο καθένας να συνεισφέρει από την δική του πλευρά ως προς τα «απαραίτητα μέτρα που πρέπει να ληφθούν προκειμένου να διασφαλιστούν οι χώροι ελεύθερης έκφρασης που σήμερα απειλούνται από μια σπασμωδική κίνηση.».

Η Ευρώπη στο σταυροδρόμι
Μεταξύ του κοσμικού χαρακτήρα του κράτους και τη θρησκευτική αναβίωση

Ο Jürgen Wertheimer αντλεί στοιχεία από τη γαλλική και τη γερμανική λογοτεχνία – από τον Racine στον Ντιντερό, τον Βολταίρο και τον Ρουσσώ, μέχρι τον Lessing με το περίφημο «Nathan ο Σοφός» - προκειμένου να εκθέσει  τις αρετές τους. Προειδοποιεί σχετικά με τις απειλές που  δέχεται σήμερα το κοσμικό κράτος στη Γερμανία, αλλά και γενικότερα για τους χώρους ελεύθερης σκέψης στην Ευρώπη, η οποία σήμερα βάλλεται  από επίδοξους εξωγενείς παράγοντες «νεο-κληρικαλισμού», οι οποίοι υπονομεύσουν την πρόοδο που επιτελέστηκε κατά την περίοδο του Διαφωτισμού. Μία Ευρώπη υπερβολικά επιφυλακτική η οποία αγωνίζεται να βρει τις σωστές απαντήσεις σε νέα ζητήματα και προκλήσεις σχετικά με την «εκκοσμίκευση», όπως αυτά προκύπτουν από τα κύματα της μετανάστευσης που σχετίζονται με τις συγκρούσεις στη Μέση Ανατολή, αλλά και την ανθρώπινη θλίψη που αναφύεται λόγω των περιφερειακών εστιών  πόλεμου στην Αφρική. Η πολιτική διαχείρισης του θέματος του  φαίνεται επικίνδυνα ανεπαρκής. 

Διαπιστώνει την επιστροφή των θρησκειών σε πολλές χώρες της Ευρωπαϊκής Ένωσης και το παράδειγμα της Γερμανίας, και του ισχυρού γείτονά της, της Ρωσία του Πούτιν, ο υπολογιστής  αγνωστικιστής, προκειμένου να καταγγείλει τα αποτελέσματα της εισαγωγής εκ νέου της έννοιας μίας κρατικής θρησκείας. Η μορφοποίηση και τα προτεινόμενα πρότυπα απειλούν τους χώρους ελεύθερης έκφρασης.  Κατά συνέπεια, η κληρονομιά του Διαφωτισμού φαίνεται κατά την γνώμη του να κινδυνεύει. Σύμφωνα με τον ίδιο, μόνο η λογοτεχνία διδάσκει την τέχνη του να πάρει κανείς τα πράγματα στα σοβαρά και ταυτόχρονα επιτρέπει να «παίξεις», να έρθεις σε επαφή με αυτά τα θέματα. Η στιγμή, κατά την γνώμη του,  δεν ανήκει  πλέον στους διδάσκαλους φιλοσοφικών δογματικών θέσεων, αλλά ανήκει στην λογοτεχνία, η οποία αποτελεί πνευματικό ερέθισμα, αφήνοντας χώρο έκφρασης στους οξυδερκείς ανθρώπους.

Açılış Konuşması.

26 Kasım 2016  Cumartesi günü, Bourges kentinde S.EU.RE tarafından düzenlenen Üçüncü Uluslararası  Kolokyumun açılışında, S.EU.RE Fransa sorumlusu Alain de Keghel, konuklara hoş geldiniz diyerek teşekkür etti ve konuşmacıları tek tek tanıttı. Hepsi kendi dallarında profesör sanı taşıyan Jürgen Wertheimer (Almanya), Ercüment Erdem (Türkiye), Joan-Francesc Pont-Clemente (İspanya) ve Jean Delfaud (Fransa) tanıtıldıktan sonra, böyle önemli bir konuya görüş ve tartışmalarla katkıda bulunmayı benimseyerek yapılan daveti kabul ettikleri için onlara teşekkür etti. “Sekülarizm ve Laiklik” konusunda yapılacak çalışmanın önemine değinerek, günümüzün zorlu koşullarında, kendi ülkelerinin deneyimlerinden ve  yerel görüşlerden de yararlanacak aktarımlarının, daraltılmak istenen özgürlüklerin önemini kavramaya yardımcı olacağını umduğunu belirtti.

Yol Ayırımındaki Avrupa
Sekülarizm ve Yeniden Canlanan Dinsel Uygulamalar

Jürgen Wertheimer, konuşmasının başında, Fransız ve Alman edebiyatından örnekler verdi. Racine’den Diderot’a, Volter’den Rousseau’ya, Lessing’in ünlü “Bilge Nathan”ından diğer önemli yapıtlara kadar, erdemleri en zengin biçimde sergileyen yazarlara değindi. Düşünce kapılarının açılmasının önemini vurguladı. Özelde Almanya’da sekülarizmi tehlikeye sokan aşırı akımlara değindikten sonra, genelde Aydınlıklar Çağı’nın düşünce yapısı karşısına dikilen ve Avrupa’nın pek çok ülkesinde tırmanışa geçen yeni dinsellik akımının liberal bir görünüm altında sunulduğundan söz etti. Bunun, Ortadoğu kökenli ve dinsel aşırılıklar taşıyan göçmenler tarafından beslendiğini, Afrika kaynaklı mezhep savaşlarından yansımalarla güçlendiğini ve dinsel dogmaları kollayan yeni odakların oluştuğunu belirtti.

Avrupa ülkelerini yönetenlerin politik yaklaşımlarının, genelde, ayrılıkçılığı ortadan kaldırmaya yönelik sağduyulu davranışlar izlenimi vermediğini sözlerine ekledi. Pek çok Avrupa Birliği ülkesinde, sorunların çözümü için dinsel referanslara dayanan politikacılar ortaya çıktığını ifade etti. Bu konuda Almanya’yı örnek olarak gösterdikten sonra, Putin Rusyası’nın güçlü ama dinsel yaklaşımları çıkarına uygun olarak kullanmayı öngören hesaplı davranışlarından bahsetti. Bunun özgürlük alanlarını daralttığını ve bazı ülkelerde özgürlük söylemleriyle özgürlüğün törpülendiğini anlattı.

Aydınlıklar Çağı’nın mirasının ciddi bir tehlikeyle karşı karşıya olduğunu belirten konuşmacı, çıkış yolu olarak edebiyatı gösterdi. “Edebiyat hem olgularla oynamayı hem de eşzamanlı olarak onları ciddiye almayı öngörür” diyerek, tutarlılık ve coşkunun birlikte çözüm yollarını açacağını belirtti. Evrensel dogmaları tartışan filozofların değil, düşünceyi tetikleyen ve özgür tasarımların yollarını açan edebiyatçıların bireyin yaşam alanına ışık tutabileceğini savundu.  

Openingstoespraak.

Ter opening van het derde internationaal colloquium, georganiseerd door S.EU.RE in Bourges op zaterdag 26 november 2016, stelde de Voorzitter van S.EU.RE FRANCE, Alain de Keghel de sprekers voor: Jürgen Wertheimer (Duitsland), Ercüment Erdem (Turkije), Johan-Francesc Pont-Clemente (Spanje), en Jean Delfaud (Frankrijk). Hij dankte hen voor het aanvaarden van de uitnodiging om deel te nemen aan een gedachtewisseling over het thema “secularisme / lekenmoraal” vanuit een gezamenlijk streven elk “zijn deel te leveren aan het meester blijven van de bedreigde vrijheden”.

Europa op het kruispunt van secularisatie en religievernieuwing

Jürgen Wertheimer put uit de Franse en Duitse literatuur – van Racine tot Diderot, Voltaire en Rousseau tot Lessing met zijn “Nathan de Wijze” – om er de deugden van uiteen te zetten. Hij waarschuwt voor de bedreigingen die tegenwoordig wegen op het secularisme in Duitsland en meer algemeen op de bevrijde gedachten in het Europa dat nu bedreigd wordt door een exogeen “neo – klerikalisme” dat opnieuw de resultaten van de Verlichting wil in vraag stellen. Een angstig Europa dat moeite heeft om de juiste antwoorden te vinden op de nieuwe inzet en uitdagingen gesteld aan het secularisme door de migratiegolven die verbonden zijn met de regionale conflicten in het Midden-Oosten, maar eveneens door de menselijke wanhoop, een gevolg van de regionale oorlogshaarden in Afrika. Het politiek beleid lijkt hem in dit opzicht gevaarlijk tekortschietend. Hij stelt een terugkeer vast van de godsdiensten in verschillende landen van de Europese Unie en neemt als voorbeeld Duitsland en zijn machtige gebuur, het Rusland van Poetin, de ongelovige rekenaar, om de resultaten aan het licht te brengen die een gevolg zijn van het principe van een staatsgodsdienst. Het formatteren en de normen bedreigen de vrije gedachten. De erfenis van de Verlichting lijkt dus in gevaar. Volgens hem is het alleen de literatuur die de kunst verstaat de dingen ernstig te nemen en er terzelfdertijd mee om te gaan. Het moment is volgens hem niet meer aan de filosofen, meesters van het dogma, maar aan de literatuur, intellectuele stimulans, die aan het helderdenkend individu zijn juiste plaats geeft.

Mensaje de inauguración.

La inauguración del tercer coloquio internacional organizado por la Sociedad Europea de Investigación Escocesa (S.EU.RE) en Bourges, el sábado, 26 de noviembre de 2016, es realizada por el presidente de S.EU.RE Francia, Alain de Keghel, quien, entre otras cuestiones, presenta a los conferenciantes: Jürgen Wertheimer (Alemania), Ercüment Erdem (Turquía), Joan-Francesc Pont-Clemente (España) et Jean Delfaud (Francia). Les agradece que hayan aceptado su invitación a contribuir a una reflexión transversal sobre el tema “secularismo / laicidad” con la ambición compartida de aportar cada uno de ellos “su respectiva visión sobre cómo recuperar la paz en los espacios de libertad actualmente amenazados”.

Europa en un cruce de caminos
Entre el secularismo y la renovación de lo religioso

Jürgen Wertheimer bucea en la literatura francesa y alemana – de Racine a Diderot, Voltaire y Rousseau, hasta Lessing con su famoso « Nathan le Sage » – para exponer sus virtudes. Nos advierte contra las amenazas que penden hoy sobre el secularismo en Alemania, pero también, más generalmente, sobre los espacios de pensamiento libre en una Europa contemplada en estos momentos por un “neo-clericalismo” exógeno que auspicia a poner en cuestión los avances de las Luces. Una Europa cautelosa que apenas alcanza a hallar las respuestas adecuadas a los nuevos desafíos y cuestionamientos lanzados contra el secularismo por las olas migratorias asociadas a los conflictos regionales en Oriente Medio, pero también a la desgracia humana producida por los focos regionales de guerra en áfrica. Al autor le parece que la gestión política de estas cuestiones está resultando peligrosamente insuficiente. Constata un regreso de las religiones en numerosos países de la Unión Europea y pone como ejemplo de Alemania y de su poderoso vecino, la Rusia de Putin, el agnóstico calculador, para denunciar los efectos inducidos por esta especie de recuperación del concepto de religión de Estado. Nuevos formatos y nuevas normas amenazan a los espacios de libertad. La herencia de la ilustración se halla, sin duda, en peligro. Según el parecer del autor, sólo la Literatura nos enseña a tomarnos las cosas en serio y, al mismo tiempo, a reírnos de ellas. Ha acabado la hora, sostiene, de los filósofos, maestros del dogma, y ha llegado la de la Literatura, estímulo intelectual, que dejará todo el espacio disponible al individuo clarividente.

 

 

 

 

 

Introduction
Alain DE KEGHEL

 

L’Europe à la croisée des chemins - Entre sécularisme et renouveau du religieux
Jürgen WERTHEIMER

 

De l’opposition apparente entre Sécularisme et Laïcité à la conciliation des faux contraires
Essai sur société ouverte et émancipation citoyenne
Joan-Francesc PONT CLEMENTE

 

La laïcité dans l’histoire de la République de Turquie
H. Ercüment ERDEM

 

Un exemple de pratique de la laïcité : les trois étapes de la laïcité en France
Jean DELFAUD

 

Conclusions
Alain DE KEGHEL 

 

 

S.EU.RE COLLOQUE DE BOURGES

Laïcité / Sécularisme : réflexions partagées

Introduction.

Alain de KEGHEL

Président de S.EU.RE FRANCE

Nous abordons aujourd’hui notre troisième colloque international de la S.EU.RE et je vous y souhaite, à toutes et tous une très cordiale et fraternelle bienvenue ici à Bourges en commençant par remercier  nos Amis qui nous hébergent et ont beaucoup fait pour nous aider à préparer cette journée studieuse. Je souhaite aussi la bienvenue à nos quatre intervenants et leur dis également notre gratitude qu’ils aient accepté de se joindre à nous pour nous apporter leurs importantes contributions. 

Je commencerai par le professeur et ami, Jürgen Wertheimer, professeur de littérature contemporaine à l’université de Tübingen. C’est à lui qu’avait été attribué en 2013 le prix international du Comité Laïcité République. Un comité dont je suis un des administrateurs. Vous aviez conclu votre discours par une phrase d’« espoir en la formation des “bataillons”, des réseaux pour approfondir le travail. » Alors nous y voilà ! 

Le professeur et autre très cher Ami, Ercüment ERDEM, est professeur émérite de droit commercial à l’université d’Istanbul. Sa présence parmi nous prend un reflet dont il ne me semble malheureusement pas nécessaire de souligner la force du message qu’elle constitue en soit. Merci d’avoir accepté notre invitation.

Mon autre Ami fidèle, le professeur Joan-Francesc Pont Clemente de l’Université de Barcelone est un familier des cercles philosophiques de réflexion et d’action en Europe. Nous savons combien il est sur tous les fronts et singulièrement lorsqu’il s’agit de défendre les libertés et la laïcité. 

Enfin, Jean Delfaud avec lequel me lie une solide complicité amicale, est professeur émérite de l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Sa réflexion sur les thématiques de ce séminaire ne manquera pas de nous apporter une touche toujours originale.

Le thème de notre colloque est, je le rappelle : «  Laïcité / sécularisme : Réflexions partagées » et nous en avions décidé ainsi bien avant les tragiques, sanglants et meurtriers  évènements qui ont émaillé les derniers mois, depuis le 13 novembre 2015. Nous aurons aujourd’hui une pensée pour toutes les victimes innocentes de l’aveuglement fanatique et de terroristes se réclamant de croyances religieuses dévoyées et fanatisées. Je dis cela en sachant que chacune et chacun ici, quelles que soient les options intimes, réprouvent toute forme de violence et que celle particulièrement abjecte, attentant à la liberté de conscience inspire notre plus forte réprobation et notre condamnation. En effet, c’est une forme de retour à la barbarie, à ce que certains appellent l’intelligence reptilienne, comme si l’on pouvait même oser parler d’intelligence. Un dévoiement qui fait fi de toute humanité et de tout ce que l’Humanité a appris au fil des millénaires et des siècles, y compris au travers d’enseignements religieux tout simplement respectueux de la vie, de l’individu et de cette différence qui nous enrichit, comme disait Saint-Exupéry. Le siècle des Lumières en fut une période de sublimation et nous ne pouvons en ce XXIe siècle laisser ces Lumières vaciller. Alors, oui, au cœur de la France profonde et conscients de l’héritage culturel que nous partageons dans ces composantes si variées, depuis Istanbul jusqu’à Aix la Chapelle, depuis Barcelone jusqu’à Athènes,  depuis Bruxelles jusqu’à Pau, nous ambitionnons d’apporter notre part au nécessaire ressaisissement pour apprivoiser  des espaces de liberté menacés par un ressac.

L’idée de réflexions partagées, l’idée de confronter les réflexions en comparant les contextes et en nous penchant sur notre diversité, cette idée nous est venue en écoutant le président algérien du jury du prix décerné par le CLR en 2013. Notre ami et éminent orateur aujourd’hui, Jürgen Wertheimer se voyait alors décerner le prix international. Et avec une grande sagacité le président du jury nous dit en substance : La France et l’Allemagne ont su délivrer à l’Europe et à toute l’humanité un message exceptionnel de paix et d’espérance en s’engageant sur la voie d’une réconciliation historique. Les deux nations montraient au monde entier leur volonté  et leur capacité  à enfin maîtriser l’histoire et le destin des peuples par la magie d’un Traité de l’Elysée de 1963 assortie de l’adhésion des deux peuples, allemand et français. Mais paradoxalement, relevait l’écrivain algérien,  ces deux peuples n’ont jamais réfléchi ensemble à ce qui fait leur différence dans leurs approches dans les champs de la laïcité ici et du sécularisme, là. En décidant de relever le défi, la S.EU.RE entend donc aujourd’hui combler cette lacune en élargissant le champ d’investigation. En invitant notre ami turc, nous n’imaginions pas une accélération de l’histoire et les effets funestes d’un coup d’État manqué du 15 juillet 2016.

Ce faisant, nous poursuivons notre travail  dont le fil rouge trouvait  déjà ses débuts lors de notre premier colloque européen à Dinant, en Belgique en 2013. C’était bien avant les crises de la migration et des réfugiés qui ont fait renaître les réflexes reptiliens auxquels je me référais plus tôt. Nous observons aujourd’hui, avec beaucoup d’inquiétudes ce qui advient en Pologne, en Hongrie, en Ukraine et en Moldavie mais non moins en Turquie. Disons le clairement, les valeurs laïques et démocratiques, les fondamentaux de notre héritage des Lumières sont à nouveau en danger.

Et cependant, notre utopie, celle qui sera célébrée en 2017, celle consistant à réunir ceux qui autrement seraient éternellement restés épars, cette philosophie  du vivre ensemble,  n’a rien perdu de sa pertinence. Peut-être un peu de sa rigueur ?

Lors de notre deuxième colloque à Palma de Majorque, au mois de mai dernier, sur le thème « Quelle paix au Moyen-Orient » nous avions trouvé quelques raisons d’espérer en écoutant dialoguer  un Palestinien et un Israélien mais aussi un Syrien d’Alep. Et je puis vous annoncer que nous ne nous préparons déjà à un quatrième séminaire public, le 27 avril 2017, à Beyrouth, au Liban sur le thème : « L’Orient et sa part de franc-maçonnerie. »

C’est dire combien nos échanges de ce jour à Bourges s’inscrivent dans un cycle de travaux de la première importance.

Mais je ne vais pas en dire plus à ce stade et nous allons commencer par donner la parole à Jürgen Wertheimer. Cher Jürgen, Monsieur le professeur, vous avez la parole.

 

 

L’Europe à la croisée des chemins

Entre sécularisme et renouveau du religieux

Jürgen WERTHEIMER

Lauréat du prix international du Comité Laïcité République 2013, Jürgen Wertheimer est professeur de littérature allemande contemporaine à l’université de Tübingen (Allemagne).

L’Europe est le dos au mur et, dans un même temps, la question européenne est de plus en plus d’actualité. Les réunions de crise, les nouvelles visions, le chant du cygne et Postures de défi constituent autant de contrastes. Je suis de plus en plus frappé par l’accélération des divergences qui opposent les différentes conceptions sur l’Europe à tous les niveaux de débats : on sent toujours vaguement planer le spectre des « valeurs européennes ou chrétiennes d’Occident »  dans un  champ de ruines de Strasbourg à Bruxelles. En dans un même temps, l’Europe fait figure d’espace vide ou de trou dans le continent ou bien encore, pour citer Theresia Walter avec quelque trivialité, comme « les hémorroïdes au cul de l’Asie ». Et puis, au même moment, ce sont des centaines de milliers de personnes qui prennent d’assaut des murailles érigées en toute hâte aux frontières extérieures de l’Europe lorsqu’elles ne s’assemblent pas en masses sur les places à Maidan comme à Taksim tandis que des intellectuels de renom portent en terre la société de l’écrit – ce que j’appelle l’Europe de la grande narration – avec les applaudissements de la critique. Cela ne prive pas d’ailleurs d’autres intellectuels de se poser en parangon et protecteur des vraies valeurs européennes. Tout est dit ou semble presque l’avoir été. Cependant, une solide réflexion sur ce petit appendice que constitue le continent européen, si vieux et, en vérité, encore in vitro, mérite quelque intérêt. Au risque de nous répéter, prenons ensemble le temps d’un rapide survol. Mais, après tout, l’Europe n’est-elle pas autre chose que le perfectionnement du principe de la répétition ? 

Des centaines d’Antigone ou de Médée peuplent nos scènes quotidiennement – et  pareillement les scènes des théâtres du monde – et nous n’avons de cesse de reprendre les légendes et mythes : l’Europe, continent de l’individu et de l’individualité. Et cependant des normes et des formatages conditionnent nos vies. Dans le meilleur des cas donc, une individualité labellisée mais dénuée de toute marge de manœuvre pour ceux qui ne sont pas dans le moule. Toutes les contorsions visant à l’inclusion n’empêchent pas le rétrécissement de la marge de manœuvre pour celui qui se distingue du lot commun. Y compris de la liberté. Et pourtant tout au long de son histoire dialectique, l’Europe s’est accordée  pour porter la notion de liberté au pinacle jusqu’à la déifier. Et mieux encore de communiquer au point d’en faire une sorte de produit d’appel sur les étals du magasin des valeurs Europe. De fait, force est bien de constater la tendance à l’illusion que chacun pourrait faire en Europe ce que bon lui semble. Totale liberté, et chacun à sa façon donc, aussi longtemps que personne n’en souffre. Et en cas de doute les démocraties européennes remuent au besoin ciel et terre pour permettre à des opinions de s’exprimer dont on sait qu’elles torpilleront le système. Dans son dialogue Le Neveu de Rameau, le Diderot des Lumières met en scène un simulacre de confrontation entre un honnête homme éclairé et son opposé le plus radical, un matérialiste cynique et asocial qui n’est pas seulement tout à fait à sa hauteur pour argumenter mais qui s’avère lui être même d’une supériorité dénuée de tout scrupule. Est-ce cela l’Europe ? J’entends, la vraie Europe. Savoir partager sa pensée et le contraire de sa propre conviction. Avoir la volonté du partage de la pensée. Avec tous les risques et périls, toutes les conséquences que cela implique peut-être. Ce ne serait assurément pas la plus mauvaise Europe. Celle des relativistes et des critiques.

Ce n’est pas le fruit du hasard si l’Europe a créé deux genres qui progressivement ont conquis le monde et qui, justement, portent ces caractéristiques du dialogue de la controverse et placent la polyphonie et la cacophonie au centre : le roman, la tragédie et la comédie. Mais ne nous y méprenons pas : les cultures asiatiques, africaines et arabes connaissent et ont aussi connu des formes d’expression épiques et dramatiques. Des régisseurs comme Peter Brook, Ariane Mnouchkine ont amplement tiré une part de leur inspiration de telles sources « exotiques ». Mais on serait bien en peine de trouver des textes en dehors de la sphère culturelle européenne qui soumettent leurs protagonistes à de comparables exercices épuisants de vivisection, qui inventent sur six cents pages des figures dénuées de modèles de caractère sans que l’on puisse même discerner la ligne de fuite, ni un quelconque engagement. Littéralement démembrer, dépecer des personnalités de haut rang, sans égards, comme l’ont fait Racine avec Phèdre, Schiller avec Wallenstein ou Lessing avec Nathan sans démonter quoi que ce soit, sans lien moral, sans engagement ?

En tous les cas, cette école de pensée devait avoir pour effet de contribuer à l’érosion progressive des systèmes dogmatiques. Et effectivement on peut interpréter l’histoire de la philosophie des Lumières comme un assaut contre les dogmes religieux. La conséquence qui en découle  est l’effacement progressif de l’idée de dieu ou pour le moins de sa transformation ou sa relégation dans l’espace des mythes et légendes. Il y a vingt ou trente ans presque personne n’aurait escompté que le « Génie du christianisme » passerait du mode d’hibernation pour devenir indiscutable. Dans mon pays, pas un organe de radiodiffusion sans représentation paritaire confessionnelle. Pas un règlement scolaire qui n’ait créé des difficultés aux agnostiques assumés. En Allemagne, l’introduction d’une discipline portant la dénomination d’éthique – une alternative à l’enseignement religieux confessionnel – rencontre depuis des décennies les pires difficultés. Et pourtant, alors que 66% de la population allemande se prononce en faveur de l’abolition de l’enseignement religieux, on s’efforce d’étendre plutôt celui-ci en direction de l’Islam au lieu d’aller vers une séparation  des sphères publique et religieuse. Il est pour l’heure impensable d’envisager d’introduire une matière, comme en France, des « cultures religieuses ». Et bien que nombreux soient ceux qui préféreraient en savoir plus sur la façon d’appréhender les religions, plutôt que d’en recevoir les enseignements, cette approche ne trouve que peu d’écho dans l’administration et dans les bureaucraties.

Dans nombre de pays européens, nous assistons à un puissant retour des religions. L’exemple de la Russie peut être cité, l’agnostique Poutine ayant ces dernières années accordé à l’orthodoxie le statut de religion d’État, voire même comme service de propagande de son mode de gouvernance. 1 200 nouvelles églises et des subsides de l’État à hauteur de plusieurs millions de roubles en sont le témoignage. On en comprendra aisément le sens : l’appartenance confessionnelle et le sentiment d’appartenance nationale suggèrent l’émotion, le sens de la tradition et sous-tendent l’idée d’une puissance panslave. Ce renouveau de l’orthodoxie constitue une parfaite et impressionnante illustration du gain tiré de cette situation.

On peut dire d’une autre manière qu’aujourd’hui l’Europe n’est plus guettée par le spectre du socialisme, mais par celui du néo-cléricalisme. Et celui-ci a été mis en branle par une compétition sourde et totalement mésestimée entre les religions. Pour revenir à l’Allemagne, nous sommes confrontés à la rivalité avec l’Islam et en bonne voie de trahir le testament de Lessing – pour reprendre ici Milan Kundera – et menacés de reculer loin derrière le modèle de pensée du XVIIIe siècle.

 « Si chacun de vous tient son anneau de son père, alors que chacun, en toute certitude, considère son anneau comme le vrai » nous enseigne la lecture scolaire obligée de Nathan le Sage. 

Cette phrase est une vraie bombe, une charge explosive, pour le moins une provocation puissante. La foi devenue la possibilité de foi, ni plus ni moins que l’autosuggestion. À rapprocher de Lessing qui écrit : «  Vos anneaux à vous trois ne sont pas vrais, l’anneau authentique fut sans doute perdu », une parabole qui pourrait ouvrir la voie à une tout autre approche du phénomène littéraire. Croire en ayant conscience que l’on croit en des fictions, croire avec une pointe d’ironie, un sentiment de faire semblant, ce pourrait être un concept que l’Europe de 2016 pourrait proposer.

Revenons à Nathan. Pas celui des livres scolaires, mais la pièce expérimentale postmoderne avant la lettre. Une pièce qui porte sur les identités falsifiées, sur la vie et la survie synchronisée dans plusieurs cultures. Une pièce qui pose la question : comment serait la vie par delà toute appartenance religieuse ; une pièce qui enseigne la perception de ces chevauchements complexes, les ambivalences et les contradictions. Sans rien contourner ni passer sous silence comme la politique le fait dangereusement et malheureusement encore et toujours encore en Allemagne. Nous pourrions citer ici le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière, qui, lors d’un sommet consacré aux migrations,  mettant l’accent sur l’importance des religions dans une Allemagne  sécularisée… comme dans beaucoup de régions du monde,  concluait : « Nous avons sous-estimé le poids des religions. Aussi chez nous ».

Justement au sujet de l’intégration, au lieu d’exploiter l’arrivée massive de musulmans comme une opportunité de bon aloi, en limitant la domination implacable des systèmes religieux, nous nous engageons dans une compétition absurde avec eux en posant mal la problématique : « Qui détient les degrés de compétence les plus élevés en matière religieuse ? » On transforme de la sorte un stimulus intellectuel, un jeu des possibilités, en une compétition à celui qui aura les compétences les plus pointues en matière religieuse. Ni Lessing, ni Diderot, ni Voltaire n’auraient jamais imaginé cela.

Alors pourquoi ce mantra des valeurs chrétiennes d’Occident ? Pour dégager de l’alambic rhétorique  un surplus de sentiments d’appartenance communautariste ? Pour surmonter des angoisses irrationnelles ?

Des mécanismes fondateurs d’illusions naissent au travers des « textes sacrés ». Mais lire des textes sacrés comme des œuvres littéraires conduit à se libérer des carcans des dogmes. Quel élargissement du champ, quelle « théologie de la libération » se dégagent de l’esprit de la science d’analyse des textes ! La science des lettres est une science dégagée de tout dogme, dénuée de toute annonciation, de révélation. On pensera ici à Friedrich Dürrenmatt qui, dans son essai le  Devoir d’athéisme où, dès 1988, écrivait : «  Je ne vois plus aucune raison de maintenir la fiction de dieu ».

Il y a quelques années, le spécialiste des neurosciences Wolf Singer démontrait comment religion, bonheur, transe et drogues peuvent déclencher des réactions cérébrales identiques. Quant au théologien Friedrich Wilhelm Graf, il indiqua aux spécialistes du cerveau une autre limite, celle des contenus. L’activité cérébrale lorsqu’on entonne un psaume de Luther, un chant marial ou l’Internationale est identique. Il est probable que la récitation des sourates du Coran n’échappe pas à la règle. Le Dalaï Lama, pour sa part, propose de substituer aux rituels religieux une éthique séculaire. L’ère des Khomeinys est révolue, pas seulement en Iran. Aussi à Rome, comme en Israël.

Et pourquoi ne pas proposer d’aller plus loin encore en affirmant que la littérature constituerait peut-être la force la plus efficace pour s’élever contre le principe du fondamentalisme ? Car ce ne sont ni la philosophie et encore bien moins la religion, ce ne sont pas les grands maîtres de la morale ni les théoriciens des sciences sociales qui sont en état d’opposer la nécessaire résistance aux dogmatiques de tous poils : seule la littérature le peut car elle s’attaque à la racine des systèmes de pouvoir.

Le temps nous est compté et nous allons conclure : il n’est que temps d’accomplir la mission des Lumières avec deux à trois cents ans de retard en imposant de séculariser des textes « sacrés » en se livrant à leur lecture littéraire. Si nous parvenions à leur réserver le même traitement que celui de la littérature, ils se dépouilleraient subitement de tout ce qu’ils ont de terrifiant. La théorie de théologie de la libération signifie avant tout se libérer de la théologie.

Alors s’agit-il d’une chimère ? Replacer au centre ce qui constitue l’essence même de nos besoins humains, sur cette terre, dans notre monde, ce n’est pas illusoire. La littérature enseigne l’art de prendre les choses au sérieux et en même temps de s’en jouer. Schiller nous dit : « L’être humain n’est totalement humain que lorsqu’il joue, et il ne joue que lorsqu’il est totalement humain ». Ce faisant, il esquisse tout un programme pour l’avenir. Et je reviens donc à la littérature et au rôle essentiel qui lui revient car elle n’est autre chose qu’un jeu. Un jeu sérieux certes, mais un jeu. A quel point peut-on dire que la réalité est réelle ? Cette interrogation n’est pas seulement fondée, elle est même exigée. Se livrer au jeu en laissant la place à la légèreté, à l’imaginaire en se dégageant des angoisses que l’on côtoie dans un monde complexe et syncrétique fait de configurations du réel et du vrai dans  notre univers  postmoderne où progressivement tout est mis en réseaux, voilà bien l’impératif du moment présent. L’heure n’est plus aux philosophies du noir et du blanc : l’heure est à la littérature.

Ne perdons pas de vue qu’en première et dernière analyse – et on aurait tendance à si aisément le perdre de vue en ces temps où tout est labellisé, catalogué – qu’il s’agit de l’individu. L’individu existe bel et bien dans cette masse humaine et depuis toute éternité il a été au centre de la littérature, et seulement de la littérature. Avec une capacité de résistance extraordinaire, la littérature échappe aux tentations d’interprétations éthérées à la différence du mythe. L’individu a de l’importance, le signifiant n’en a point. Il s’agit d’aider l’individu à progresser et à devenir clairvoyant, sans autre prétention.

 

 

 

 

 

 Sponsoring board / Comité de parrainage

 

Roger Dachez,
Chairman of the Masonic Institute of France.
Président de l’Institut Maçonnique de France.

 

Luis Martin,
Professor for Spanish civilization. University of Pau.
Professeur de civilisation espagnole, Université de Pau.

 

Pierre Mollier,
Head of the Archives Department and of the Library of the Grand Orient de France.
Directeur des Archives et de la Bibliothèque du Grand Orient de France.

 

Andreas Önnerfors,
Former Head of the Centre for Resarch into Masonry. University of Sheffield.
Ancien Directeur du Centre de Recherche en Franc-Maçonnerie, Université de Sheffield.

 

Cécile Révauger,
University Professor. University « Michel de Montaigne ». Bordeaux.
Professeur à l’Université Michel-de-Montaigne, Bordeaux III.

 

Jeffrey Tyssens,
Head of the Interdisciplinary Research Centre into Masonry (FREE) V.U.B. Brussels.
Directeur du Centre Interdisciplinaire de Recherche maçonnique, Vrije Universiteit Brussel.

Questo sito utilizza i cookies per migliorare servizi ed esperienza dei lettori.
Se decidi di continuare la navigazione consideriamo che accetti il loro uso.
Per ulteriori informazioni sui cookies e su come eventualmente disattivarli, clicca qui.